Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Creuse : Le préfet réaffirme son soutien au centre d'engraissement

-
Par , France Bleu Creuse

La préfecture de la Creuse va faire appel du jugement du tribunal administratif (rendu vendredi) qui impose une suspension de l'activité du centre d'engraissement de Saint-Martial-le-Vieux. La structure surnommée "ferme des 1.000 veaux" par ses opposants fait l'objet d'une bataille juridique.

Le responsable du site Baptiste Cheix et le vice-président Gilbert Mazaud © Radio France - Maxime Tellier
Le responsable du site Baptiste Cheix et le vice-président Gilbert Mazaud © Radio France - Maxime Tellier © Radio France - Maxime Tellier

On l'apprend ce mardi, le préfet de la Creuse compte faire appel du jugement du tribunal administratif rendu vendredi, celui qui ordonne la suspension du centre d'engraissement de Saint-Martial. Le représentant de l'Etat en Creuse va en faire la demande auprès du ministère de l'Environnement, seul habilité à faire un recours pour une "installation classée pour la protection de l'environnement". La préfecture affiche ainsi son soutien à ce projet porté par une cinquantaine d'éleveurs bovins creusois et corréziens.

Le préfet affiche son soutien à ce projet, comme il affichera son soutien à toute activité agricole, explique le secrétaire général de la préfecture Olivier Maurel.

Mais en attendant que cet appel aboutisse, le préfet doit faire appliquer le jugement en référé sous les huit jours. D'ici vendredi 29 juin, il est censé prendre un arrêté pour constater la caducité de l'autorisation d'exploitation, c'est à dire le fait que le centre n'a pas ouvert dans les trois ans impartis. Pour autant le Secrétaire général de la préfecture précise qu'il n'envisage pas de faire évacuer les veaux et de stopper l'activité par la force. Des juristes du ministère de l'Agriculture étudient les possibilités juridiques de l'éviter.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu