Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Creuse : Les surveillants bloquent la prison de Guéret

mercredi 10 octobre 2018 à 11:44 Par Sophie Peretti, France Bleu Creuse

Les surveillants de la maison d'arrêt de Guéret bloquent ce mercredi matin l'accès de la prison. Ils réclament des embauches supplémentaires et de meilleures conditions de travail.

Les surveillants ont installé un piquet de grève devant la porte de la prison
Les surveillants ont installé un piquet de grève devant la porte de la prison © Radio France - Sophie Peretti

Guéret, France

Les surveillants de la maison d'arrêt de Guéret ont installé un piquet de grève ce  mercredi matin devant la porte de l'établissement. Ils réclament plus de moyens et de meilleures conditions de travail. _"_Il y a un problème de sécurité intérieure lié à un manque de personnel" explique Brunot Pillet, le secrétaire de l'Ufap en Creuse, cet été les pompiers ont du intervenir pour récupérer des sacs lancés sur le toit".

On tourne en sous-effectif" - Brunot Pillet, secrétaire général de l'Ufap en Creuse

"On est 21 surveillants ici à Guéret, alors que nous étions 25 il y a quelques temps", explique Bruno Pillet, de l'Ufap. Les effectifs sont donc en baisse alors que la maison d'arrêt tourne à plein régime. Cet été, des détenus ont du dormir par terre car il n'y avait plus de lits disponibles. Et selon les surveillants, au manque de personnel s'ajoute un problème de management de la nouvelle direction. "_La semaine dernière, il y avait six surveillants en arrêt maladie_", dénonce Bruno Pillet. "On est une maison d'arrêt, mais on fonctionne comme une centrale, avec des détenus qui circulent librement, et à qui ont propose des activités toute la journée" explique-t-il.  "On a même rajouté des activités le week-end et tout ça avec le même personnel" s'insurge-t-il.  En signe de protestation, les surveillants bloquent ce mercredi matin les portes de la prison.