Faits divers – Justice

Crime maquillé en incendie au sud de Bordeaux : le suspect déjà condamné pour meurtre

Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde mercredi 30 juillet 2014 à 17:48

Le palais de justice de Bordeaux
Le palais de justice de Bordeaux © Radio France

Le corps d'une femme de 74 ans a été découvert dans les décombres de sa maison incendiée à Saint-Magne en fin de semaine dernière. L'autopsie a révélé qu'elle avait été tuée d'un coup de fusil. Un suspect de 42 ans a été arrêté. Il nie les faits. Le Parquet de Bordeaux indique qu'il a déjà été condamné par la justice par le passé.

L'homme âgé de 42 ans a été interpellé lundi soir par les gendarmes de la Gironde au terme d'une chasse à l'homme . Le suspect a même forcé un barrage, blessant deux gendarmes au passage , avant d'être interpellé. Il était au volant d'une voiture volée , une 307 appartenant à la septuagénaire retrouvée morte dans les décombres de sa maison incendiée en fin de semaine dernière à Saint-Magne dans le Sud-Gironde. L'autopsie a révélé qu'elle avait été tuée d'un coup de fusil . Une enquête minutieuse a été menée jusqu'à l'arrestation et la garde à vue de cet homme qui connaît très bien le secteur et a réussi dans un premier temps à échapper aux gendarmes.

Déjà condamné à deux reprises

Le Parquet de Bordeaux a tenu une conférence de presse ce mercredi et a indiqué que le meurtrier présumé a un lourd passé judiciaire . Il avait été condamné par la Cour d'Assises de la Gironde, à 20 ans de réclusion criminelle en 1994 pour avoir tué un copain de régiment en 1991 à Martignas-sur-Jalles. Un crime atroce dont le mobile n'a pas été clairement établi lors de son procès.

Il était sorti de prison en 2003 bénéficiant d'une liberté conditionnelle. Il s'était alors établi au Barp et avait travaillé dans une scierie. Quelques mois plus tard, il a été accusé d'agressions sexuelles . Et il avait écopé de 3 mois de prison ferme. Libéré en avril dernier, il n'avait plus de compte à rendre à la justice. Le procureur de la République, Marie-Madeleine Alliot, le définit comme "sans domicile fixe, sans travail et en rupture familiale" . Selon elle, tous les éléments récoltés dans cette affaire mènent à lui.

Le procureur de Bordeaux revient sur le profil du suspect.

Le suspect devrait être mis en examen dans les prochaines heures . Il nie les faits qui lui sont reprochés face aux enquêteurs. Il explique, par exemple, que la voiture à bord de laquelle il a été interpellé, n'a pas été volée mais qu'on la lui a prêtée.