Faits divers – Justice

Cycliste traîné par un TGV entre Petit-Croix et Mulhouse : la thèse de l’accident privilégiée

Par Faustine Mauerhan, France Bleu Alsace et France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 18 mars 2014 à 15:09

un corps sous un TGV en gare de Mulhouse
un corps sous un TGV en gare de Mulhouse © Maxppp

L’enquête se poursuit à Petit-Croix après la mort d’un cycliste de 49 ans, percuté par un train, dimanche. Son corps avait été traîné par le TGV pendant 40 kilomètres et découvert seulement à la gare de Mulhouse.

La gendarmerie de Belfort continue ses investigations dans l’enquête de Petit-Croix. Jusque là, les thèses du suicide et de l’accident étaient examinées indifféremment. Ce mardi, les gendarmes en savent plus sur la victime, un homme de 49 ans, habitant de Novillard.

Rien ne permet de dire qu’il s’agit d’un suicide.

Au lendemain du drame de lundi, les enquêteurs ont longuement entendu les proches de la victime pour en savoir plus sur sa personnalité, son moral. Mais d’après les membres de sa famille, l’homme n’était pas dépressif et n’avait pas de problèmes importants dans la vie. Il n’a laissé aucune lettre expliquant un geste suicidaire. Les gendarmes ont donc décidé de se pencher sur la thèse de l’accident.

Reconstituer son emploi du temps, trouver des témoins

Le cycliste a-t-il voulu traverser le passage à niveau en pensant qu’il en aurait le temps ? C’est probable d’après le lieutenant-colonel Ribeiro, de la gendarmerie de Belfort. « Nous savons maintenant que la victime faisait une balade sur un vélo électrique, il a peut-être cru qu’il avait le temps de traverser les voies » , explique-t-il. L'homme portait aussi un appareil auditif, il n’a peut-être pas entendu le train arriver. En revanche, il aurait dû voir les signaux sonores. La SNCF a été mise hors de cause dans l’accident et ne sera pas poursuivie. Le passage à niveau n’a pas connu de dysfonctionnement.