Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Damien Castelain sera jugé pour "recel d'abus de confiance" dans l'affaire du Grand Stade de Lille

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Le juge a suivi les réquisitions du parquet de Lille. Le président de la Métropole européenne de Lille est renvoyé devant la justice pour "recel d'abus de confiance", dans l'affaire du Grand Stade, construit par Eiffage.

Le président de la Métropole Européenne de Lille est soupçonné d'avoir bénéficier de pierres, livrées par Eiffage, pour sa terrasse personnelle.
Le président de la Métropole Européenne de Lille est soupçonné d'avoir bénéficier de pierres, livrées par Eiffage, pour sa terrasse personnelle. © Maxppp - Sebastien JARRY

Le parquet de Lille avait requis le renvoi, le juge a suivi les réquisitions. Damien Castelain, président de la Métropole européenne de Lille, sera jugé pour "recel d'abus de confiance" dans l'affaire du Grand Stade. Il est soupçonné d'avoir, en marge de la construction du stade pierre Mauroy de Villeneuve d'Ascq, bénéficié de pierres de la part du constructeur pour sa terrasse personnelle, pour un montant de plus de 17.000 euros. 

L'avocate de Damien Castelain confirme cette ordonnance qui "renvoie accessoirement [son] client pour un recel, infraction purement matérielle, d’un abus de confiance" commis par un autre qui lui, ne sera pas poursuivi. Maître Florence Rault rappelle que ce document prononce également un non lieu pour Damien Castelain "et tous les autres pour de supposées malversations dans l'affaire du Grand Stade."

Il ne pouvait ignorer que ces pierres qu'il n'a pas payées avaient une valeur significative, que leur transport et leur livraison n'était pas sans frais

L'élu aurait "pris l'initiative de demander à bénéficier gratuitement de ces matériaux" explique le juge dans le document de renvoi consulté par l'AFP. L'ordonnance ajoute que Damien Castelain "en sa qualité de citoyen élu [NDLR : il était alors vice-président de la Mel en 2010], particulièrement éclairé, ne pouvait ignorer que ces pierres qu'il n'a pas payées avaient une valeur significative, que leur transport et leur livraison n'était pas sans frais"

Dans un autre volet de cette affaire, sur l'attribution du marché du stade Pierre Mauroy à Eiffage en 2008, Damien Castelain avait été mis en examen en 2017 pour "trafic d'influence passif" et "complicité de favoritisme". Mais en 2018, le juge d'instruction avait prononcé un non-lieu pour ces chefs d'accusation, les charges étant insuffisantes ou les faits prescrits. 

Contactée par France Bleu Nord, la Procureure de Lille ne souhaite pas s'exprimer sur ce dossier. On ne sait pas encore à quelle date l'affaire sera renvoyée devant le tribunal.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess