Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Silhouettes féminines de Dannemarie : le Conseil d'Etat donne raison à la commune

vendredi 1 septembre 2017 à 17:39 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Le Conseil d'Etat tranche en faveur de la commune de Dannemarie dans l'affaire des silhouettes féminines. La plus haute juridiction annule la décision du tribunal administratif de Strasbourg qui avait ordonné le retrait des silhouettes. C'est un collectif féministe qui avait porté plainte.

Les 65 silhouettes en contreplaqué ont été installées pour célébrer l'année de la femme à Dannemarie.
Les 65 silhouettes en contreplaqué ont été installées pour célébrer l'année de la femme à Dannemarie. © Maxppp -

68210 Dannemarie, France

Le Conseil d'Etat donne raison au maire de Dannemarie dans l'affaire qui l'oppose au collectif féministe Les Effronté-es. La plus haute juridiction administrative annule ainsi la décision du tribunal administratif de Strasbourg. Le 9 août dernier, il avait donné raison aux féministes estimant que les silhouettes en contreplaquées constituaient "une atteinte grave au principe d’égalité entre les hommes et les femmes"

Ce vendredi, le juge des référés du Conseil d’État estime que "l’installation des panneaux litigieux n’a pas été inspirée par une volonté de discriminer une partie de la population et n’a pas pour effet de restreindre l’exercice d’une ou plusieurs libertés fondamentales".

L’installation des panneaux ne peut être regardée comme portant une atteinte grave et manifestement illégale au droit au respect de la dignité humaine"

Le juge des référés précise également que "en dépit des intentions affichées par la commune, les panneaux incriminés peuvent être perçus par certains comme véhiculant, dans leur ensemble, des stéréotypes dévalorisants pour les femmes, ou, pour quelques-uns d’entre eux, comme témoignant d’un goût douteux voire comme présentant un caractère suggestif inutilement provocateur, s’agissant d’éléments disposés par une collectivité dans l’espace public. Toutefois, il estime que l’installation des panneaux ne peut être regardée comme portant une atteinte grave et manifestement illégale au droit au respect de la dignité humaine, qui justifierait l’intervention du juge des référés dans un très bref délai".

65 silhouettes féminines et 60 accessoires ont été installées en juin dernier par la commune de Dannemarie pour célébrer l'année de la femme. Suite à la décision du tribunal administratif, ces silhouettes ont été adoptées par les commerçants et habitants qui pour la plupart soutenaient le maire dans son combat.

Je suis content d'avoir fait progresser la cause des femmes" - Paul Mumbach, le maire de Dannemarie

"Je suis un maire heureux ce soir", a commenté en direct sur France Bleu Alsace, Paul Mumbach. "Je suis content d'avoir fait progresser la cause de la femme". Le maire de cette commune de 2.300 habitants compte bien réinstaller les silhouettes : "comme nous les avions donné en vacances aux particuliers, elles peuvent revenir de vacances et nous allons organiser une petite fête."

Un site internet a même été créé pour défendre la cause des silhouettes en contreplaqué. Des tee-shirts et autres casquettes sont à vendre. Les bénéfices de ses ventes sont reversés à l'association Cigogne rose qui lutte contre le cancer du sein.

Le site internet www.touchepasamasilhouette.com - Aucun(e)
Le site internet www.touchepasamasilhouette.com - Copie d'écran