Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une communauté tzigane pourrait s'installer sur des terres agricoles dans l'Indre

mercredi 17 avril 2019 à 10:30 Par Jérôme Collin, France Bleu Berry

Une association cultuelle tzigane pourrait acheter un terrain agricole de 260 hectares entre Bélâbre et Ruffec. Plusieurs élus locaux s'y opposent. La chambre d'agriculture de l'Indre se mobilise également pour que des agriculteurs fassent aussi une proposition d'achat.

Les terres agricoles sont situées entre les communes du Blanc, de Bélâbre et de Ruffec
Les terres agricoles sont situées entre les communes du Blanc, de Bélâbre et de Ruffec - Capture d'écran Google Maps

Bélâbre, France

"Il faut se battre et vite", prévient Robert Chaze, le président de la chambre d'agriculture de l'Indre. Lui et plusieurs élus locaux indriens se mobilisent pour qu'un terrain agricole de 260 hectares ne soit pas vendu à l'association cultuelle "Vie et lumière", une mission évangélique tzigane. Selon nos informations, un compromis de vente est en cours de signature avec le propriétaires des terres, un Danois. Le montant de la transaction s'élèverait à 1 700 000 euros, sans compter les frais de notaire.

Le soutien d'investisseurs locaux ? 

Plusieurs réunions ont eu lieu ces derniers jours pour tenter de proposer une offre d'achat également pour ce terrain de 260 hectares. Un terrain exploité en ce moment par sept agriculteurs indriens. "Certains sont intéressés pour acheter des parcelles, d'autres ne le sont pas. On essaie de convaincre des investisseurs locaux : des chefs d'entreprise, d'autres agriculteurs à proximité...", précise Robert Chaze. Car pour des agriculteurs, ce n'est pas évident de débloquer des sommes importantes.

Mais le propriétaire des terres est libre de choisir l'offre qui lui plaît le plus. "Il n'est pas vraiment disposé à nous faire de cadeaux. A nous de faire la proposition la plus honnête et complète et à être les plus convaincants", explique Robert Chaze.

La crainte de disparition de terres agricoles

L'Indre n'est pas épargnée par la tendance nationale, à savoir le recul des terres agricoles, grignotées progressivement par la ville. "Notre mission, c'est que les exploitations agricoles gardent leur vocation agricole", insiste le président de la Chambre d'agriculture de l'Indre. Le terrain qui va être vendu fait 260 hectares.