Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dans la Loire, les policiers soufflent un peu pour les fêtes

dimanche 27 décembre 2015 à 18:00 Par Rémi Brancato, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Les policiers de la Loire peuvent un peu "profiter de ces fêtes" selon leurs syndicats, avec un léger allégement des restrictions de congés en place depuis les attentats. Mais pour le représentant d'Unité SGP Police FO dans la Loire, les mois qui viennent s'annoncent épuisants.

Une voiture de police dans la Grand rue à Saint-Etienne
Une voiture de police dans la Grand rue à Saint-Etienne © Radio France

Loire, France

Le 14 novembre, au lendemain des attentats de Paris et de Saint-Denis, la Directrice départementale de la sécurité publique de la Loire annonçait une moibilisation générale des forces de police dans le département : "nous avons annulé tous les congés et nous rappelons les fonctionnaires qui étaient en congés". Depuis le taux de congé est diminué par 2 pour les policiers. Un rythme éprouvant pour Fabrice Galatioto, secrétaire départemental dans la Loire du syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière :

"Tous les jours ce sont des situations de stress, des contrôles accrus et des perquisitions administratives"

Fabrice Galatioto reconnait que les règles pour les congés ont été légèrement assouplies pour les fêtes : "on s'est battu pour que les fonctionnaires de police puissent au moins profiter de ces fêtes". Mais tous ne pourront pas en profiter et dès le 31 décembre les restrictions seront à nouveau au plus haut.

Fabrice Galatioto se dit "très inquiet pour la suite"

Une situation qui "va durer"

Pour lui la situation ne va pas s'arranger dans les mois qui viennent :

"On n'est pas dupe, il y a cet état d'urgence, il y a aussi l'Euro qui approche, ça va durer pour l'année 2016, c'est une évidence"

Alors pour lui, la solution passe par "des recrutements" et "une véritable reconnaissance du métier de policier, de sa difficulté". Le gouvernement a bien annoncé un recrutement exceptionnel de fonctionnaires de police, après les attentats du 13 novembre. La police nationale a d'ailleurs d'ores et déjà lancé un recrutement de 2000 agents dès les prochaines semaines.

Mais pour Fabrice Galatioto, ce n'est certainement pas suffisant, d'autant qu'il faut compter le temps de formation de ces nouveaux policiers et qu'il n'est pas certain que le département de la Loire en bénéficie.

Les policiers de la Loire très sollicités depuis les attentats, Rémi Brancato