Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dans la métropole dijonnaise, les pompiers gagnent du temps avec un passe-partout électronique

vendredi 12 octobre 2018 à 18:39 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Les pompiers de la métropole dijonnaise peuvent désormais entrer directement dans la plupart des immeubles HLM. Ils disposent d'un badge électronique pour ouvrir les portes. Un dispositif mis en place en partenariat avec les bailleurs sociaux.

La caserne du Transvaal à Dijon, l'une des trois équipées d'une borne Vigik pour activer les badges
La caserne du Transvaal à Dijon, l'une des trois équipées d'une borne Vigik pour activer les badges © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Depuis le mois de juin 2018, les sapeurs-pompiers appelés dans les HLM de la métropole dijonnaise, peuvent y entrer sans sonner chez tout le monde à l’interphone, ou sans casser la porte du hall. Les équipages disposent d'un passe-partout électronique qui leur permet d'ouvrir les portes des immeubles. Comme les postiers pour accéder aux boîtes aux lettres. C'est une première en Bourgogne-Franche-Comté. Ce système n'existait jusqu'ici en France que dans quatre départements.

Un précieux gain de temps

Chacun des trois centres de secours de la métropole, à Dijon, Fontaine-les-Dijon, et Chevigny-Saint-Sauveur, est équipé d'une borne "Vigik » où les pompiers activent leur badge chaque matin. Le lieutenant Christian Preioni a supervisé la mise en place du dispositif qui devrait permettre de sauver des vies : « avant, le responsable d’intervention perdait 5 minutes. C’était 5 minutes d’hésitation, à se demander s’il allait casser la porte. Il y a des cas où c’est moins une. Et ce moins une de gagné, c’est souvent une vie de gagnée. »

Pour permettre cette avancée, il a fallu signer une convention avec chaque bailleur social de la métropole. Ceux-ci financent la moitié de la dépense. Chacune des trois bornes installées dans les centres de secours coûte 1200 euros, plus 300 euros d’abonnement annuel. Vincent Dancourt, le président du SDIS, le Service départemental d’incendie et de secours, regrette qu’il faille « payer pour porter secours à la population. Ce genre de système devrait être proposé directement à toutes les forces de secours ».

Le principe de fonctionnement des badges VIGIK - Radio France
Le principe de fonctionnement des badges VIGIK © Radio France - Jacky Page

268 ouvertures de portes en trois mois

La difficulté était de concilier deux impératifs, comme le rappelle Fanny Jacquot, chargée de mission à l’Union sociale pour l’habitat de Bourgogne, un organisme qui fédère les bailleurs sociaux de la région : « les bailleurs sont contraints d’apporter une certaine sécurisation à leurs locataires. Il y avait des contradictions en termes d’accès facilité pour les pompiers, et de sécurisation pour les locataires ». Pour éviter une utilisation malhonnête des badges en cas de perte, ces derniers se désactivent après 24 heures. Chaque matin, les pompiers doivent donc les recharger aux bornes prévues à cet effet.

Entre juin et septembre, avec leurs passe-partout électroniques Vigik, les pompiers de la métropole ont procédé à 268 ouvertures de portes.