Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un mort et deux blessés dans une course-poursuite avec les forces de l'ordre, nuits agitées au Garros à Auch

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu, France Bleu Gascogne

En périphérie sud d'Auch, une course-poursuite entre des jeunes, la police et les gendarmes s'est terminée dramatiquement ce vendredi. L'accident a fait un mort et deux blessés parmi les occupants de la voiture. Des dégradations ont eu lieu dans le quartier du Garros à Auch les deux nuits suivantes.

Un automobiliste a échappé à un contrôle routier à Pavie, près de Auch, dans le Gers avant de perdre le contrôle de son véhicule, quelques centaines de mètres plus loin.
Un automobiliste a échappé à un contrôle routier à Pavie, près de Auch, dans le Gers avant de perdre le contrôle de son véhicule, quelques centaines de mètres plus loin. © Radio France - Guillemette Franquet

Pavie, France

Un contrôle des forces de l'ordre a très mal tourné, ce vendredi 13 septembre vers 16h30, sur la route de Pessan, à Pavie, aux portes d'Auch. Un conducteur tente de s'y soustraire, il accélère et poursuit sa route. ll perd le contrôle de son véhicule, une voiture volée, qui fait plusieurs tonneaux dans le champ voisin.

Poursuivis par la police, ils tombent sur les gendarmes

Les trois occupants, trois garçons de moins de 20 ans dont un mineur, sont éjectés : le mineur, passager, est mort sur le coup, un autre jeune, majeur, est grièvement blessé, le troisième, majeur lui aussi, est plus légèrement atteint. Ils ont tous les deux été transportés à l'hôpital de Auch, dont ils sont sortis samedi. Le conducteur a été placé en garde-à-vue, l'autre passager libéré.

Ces trois jeunes originaires d'Auch étaient connus des services de police qui les cherchaient depuis jeudi. Une voiture de la police était même à leurs trousses au moment des faits. C'est lorsque la voiture a croisé le véhicule des gendarmes cette fois, arrivant en face, qu'elle a fait une embardée fatale plusieurs centaines de mètres plus loin. L'IGPN (inspection générale de la Police nationale) a été saisie.

Le parquet d'Auch très prudent, le tir policier confirmé

Le procureur de la République d'Auch que nous avons pu joindre confirme avoir demandé l'ouverture d'une enquête pour "tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique" car un policier a bien dû faire un écart pour ne pas se faire écraser par la voiture. Charlotte Beluet affirme que ce même policier a bel et bien fait usage de son arme à feu, une fois, c'est un élément objectif. Mais on ignore si ce tir a un lien direct ou non avec l'accident lui-même, ou si il était largement antérieur. Car la sortie de route a semble t-il été provoquée par l'arrivée en face au loin d'un véhicule des gendarmes. Le conducteur aurait choisi de faire une embardée pour échapper aux forces de l'ordre. Le syndicat Unité SGP-Police 32 déplore les rumeurs qui ont circulé autour de cette histoire de tir de policier, rumeurs qui auraient alimenté les tensions la nuit suivante. En tous cas, pour l'heure, étant données l’impossibilité d’auditionner les deux blessés hospitalisés et l'autopsie lundi à Rangeuil à Toulouse, le parquet n'est pas en mesure de communiquer davantage sur cette affaire.

Réactions unanimes du maire, de la préfète et du député après des tensions dans le quartier du Garros

La nuit qui a suivi le drame a été agitée dans le quartier sensible du Garros, d'où deux des trois jeunes sont originaires. Une quarantaine de personnes cagoulées ont abîmé du mobilier urbain. La préfecture a comptabilisé six voitures et huit containers à poubelles incendiés, ainsi que deux abri-bus abîmés entre 01h et 05h du matin. Le groupe a aussi jeté des projectiles sur les véhicules des pompiers. Un véhicule de police a également été dégradé. Le lendemain, dans la nuit de samedi à dimanche cette fois, onze voitures et une caravane ont été incendiées.

Ce samedi, Christian Laprébende, maire d’Auch, réagit au drame qui a coûté la vie à un jeune Auscitain et lance un appel au calme et à la raison. "Je comprends l’émotion considérable que cela peut susciter mais rien ne justifie que l’on s’en prenne à des biens privés ou publics pour exprimer sa peine ou sa colère ». L'élu condamne les dégradations volontaires qui ont été commises. Même réaction de la part de Jean-René Cazeneuve, le député LREM de la circonscription ainsi que de la préfète du Gers, Catherine Seguin. Tous trois ont réagi par un bref communiqué dans la journée de samedi.

Il n'y a eu ni blessé ni interpellation. Le syndicat Alliance relativise pour sa part l'ampleur des événements au Garros vendredi soir, dans un quartier régulièrement visité par les policiers.

Choix de la station

France Bleu