Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dans le Poitou, une touriste dépose une main courante après avoir été attaquée par une corneille

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Des touristes en vacances dans un gîte de Coussay-les-Bois (Vienne) racontent avoir été attaqués par une corneille samedi matin.

Corvus corone, une corneille noire comme celle à l'origine des maux de ce couple de vacanciers.
Corvus corone, une corneille noire comme celle à l'origine des maux de ce couple de vacanciers. © Maxppp - Philippe Clément

Coussay-les-Bois, France

L'histoire révélée par la Nouvelle République fait forcément penser au film Les Oiseaux d'Alfred Hitchcock sauf qu'ici, au beau milieu de la campagne poitevine, la réalité dépasse la fiction. En arrivant samedi matin dans un gîte de Coussay-les-Bois, entre Châtellerault et La Roche-Posay, un couple de vacanciers affirme avoir été attaqué par une corneille.

"La corneille a d'abord attaqué mon mari au niveau des mollets lorsqu'il sortait les bagages de la voiture, et quand il essayait de l'éloigner, elle renchérissait, c'est-à-dire qu'elle donnait des coups de bec très rapides et de façon très agressive"

"La corneille s'en est aussi pris aux pneus et portières de notre voiture"

Résidant à Paris mais originaire de la région, Isabelle (le prénom a été modifié à sa demande) se blesse en tombant au sol en tentant de fuir l'oiseau, une chute qui lui occasionnera deux points de suture. 

"J'ai déposé une main courante à la gendarmerie car si je ne faisais rien, cela aurait pu arriver à quelqu'un d'autre"

"La dame est venue nous voir avec un peu de sang sur le menton, elle voulait absolument voir un médecin mais malheureusement en campagne, on n'a plus de médecin donc il a fallu aller aux urgences", se souvient René, le propriétaire du gîte rural qui parle d'une "histoire à dormir debout".

Le gîte rural de Coussay-les-Bois où l'attaque de corneille a eu lieu. - Radio France
Le gîte rural de Coussay-les-Bois où l'attaque de corneille a eu lieu. © Radio France - Jules Brelaz

Stupéfaction à la mairie, "jamais vu ça"

Après l'affaire des cloches de l'église de Saint-Chartres qui sonneraient trop fort, après le coq Maurice de l'île d'Oléron qui ferait trop de bruit, cette histoire de corneille peut faire sourire. D'ailleurs, lorsque le couple de vacanciers se rend à la mairie de Coussay-les-Bois pour raconter leur mésaventure, la chargée d'accueil de l'hôtel de ville ne peut s'empêcher d'éclater de rire. Le maire lui se demande s'il ne faut pas plutôt en pleurer. 

"J'ai autre chose à fou*** que de m'occuper des corbeaux (...) c'est la corneille qui attaque, c'est le sanglier qui fait peur, c'est le chien qui aboie, la vache qui meugle..." 

"Je vis à la campagne depuis 72 ans, je n'ai jamais vu une corneille qui attaque des gens comme ça", s'étrangle le maire Michel Favreau contraint malgré tout d'appeler son lieutenant de louveterie. "Il m'a dit que c'était la première fois qu'il entendait ça". Finalement, la corneille est capturée et remise à une association de protection des animaux située à Targé, près de Châtellerault. 

Maire de Coussay-les-Bois, Michel Favreau se dit abasourdi par cette histoire de corneille - Radio France
Maire de Coussay-les-Bois, Michel Favreau se dit abasourdi par cette histoire de corneille © Radio France - Jules Brelaz

Des péripéties qui confortent Michel Favreau dans sa décision de ne pas se représenter aux prochaines élections municipales de 2020. "On ne gère que des trucs comme ça, des bêtises, et si je n'étais pas poli, je dirais des conneries". 

"Les corbeaux ne me gênent pas, et il faut même les protéger car d'ici peu dans nos campagnes, ce sont peut-être eux qui nous ravitailleront, vu que la Poste et tous les services publics s'en vont, donc on aura besoin des corneilles !"