Faits divers – Justice

Dans le Puy-de-Dôme, sa chienne se fait "couvrir" par le toutou du voisin, il saisit la justice

Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu lundi 30 janvier 2017 à 11:40

Eden avec ses chiots, issus d'une première portée il y a quelques années
Eden avec ses chiots, issus d'une première portée il y a quelques années

C'est une histoire insolite qui est examinée ce mardi matin par le tribunal d'instance de Clermont. Le propriétaire d'Eden, un épagneul breton femelle, assigne son voisin du village de Messaix. Il lui reproche d'avoir laissé son chien engrosser Eden et réclame des dommages et intérêts.

Les faits se sont déroulés le 24 novembre 2014 à Messeix dans le Puy-de-Dôme. Ce jour-là, Eden, attachée à sa niche dans une propriété privée, est en chaleur. L'état de cet épagneul breton femelle ne laisse pas indifférents les autres canidés du coin, et notamment le border collie appartenant à l'un des voisins. Ce dernier casse sa laisse, selon son maître, et pénètre chez le voisin pour "couvrir" la chienne attachée au chenil, une saillie non désirée par les propriétaires.

La reconnaissance de la sensibilité chez l'animal

Cet accouplement et la grossesse qui s'en est suivie ont été douloureux pour la chienne, elle a mis bas sept chiots de cette union "contrainte". Les complications de cette saillie ont entraîné l'hospitalisation d'Eden et l'ablation de son utérus. Son propriétaire réclame aujourd'hui plusieurs milliers d'euros de dommages et intérêts.

Depuis octobre 2014, la loi reconnaît aux animaux la qualité "d'êtres vivants doués de sensibilité", alors que jusqu'à cette date le code civil les considérait comme "des biens meubles". Le tribunal doit se prononcer ce mardi matin dans cette affaire.

Ici, Eden en train de ramasser un faisan  - Aucun(e)
Ici, Eden en train de ramasser un faisan