Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans les Hauts-de-France, une femme gagne 18% de moins qu'un homme

mercredi 7 mars 2018 à 16:17 Par Antoine Sabbagh, France Bleu Nord et France Bleu Picardie

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l'Insee publie une étude sur les inégalités dans les Hauts-de-France. Salaires, accès à l'emploi...les femmes restent à la traîne dans la région, malgré une loi qui impose l'égalité salariale.

Cet écart de salaire représente 400 euros en moins chaque mois
Cet écart de salaire représente 400 euros en moins chaque mois © Maxppp - Florent Moreau

Lille, France

Dans les Hauts-de-France, un homme gagne en moyenne, et en salaire net, 26 540 euros chaque année. Une femme 21 760 euros. Soit un écart de 18 %, ou 400 euros de différence chaque mois sur la fiche de paie. Dans le reste du pays, cet écart de rémunération est encore plus important. "L'explication est que les femmes très souvent sont employées dans des métiers moins rémunérateurs, comme les métiers de la petite enfance, de la santé, des services à la personne. Et si l'écart de salaire a tendance à diminuer ces dernières années, il est encore plus élevé quand on monte dans la hiérarchie. Chez les cadres ça dépasse les 20 %", explique François Chevalier, directeur régional adjoint de l'Insee qui a réalisé cette étude. 

Un écart de salaire de 400 euros par mois

Pourtant plusieurs lois successives l'imposent "A travail égal, salaire égal". Mais ce principe n'est que peu respecté et les contrôles encore trop rares. A peine une centaine d'entreprises ont été sanctionnées pour inégalité salariale. Et selon les syndicats, seulement 40 % des sociétés respectent l'obligation de mettre en place un plan d'actions pour diminuer cette inégalité. Pourtant l'Etat se défend de ne rien faire. "Nous organisons des formations, des sensibilisations en entreprise, affirme Caroline Plesnage, directrice régionale aux droits des femmes et à l'égalité. Après la question est plus large, il y a des discriminations en continu depuis l'enfance jusqu'à la retraite. A la retraite une femme touchera 40 % de moins qu'un homme"

Dans le Pas-de-Calais, 1 femme sur 5 en inactivité 

En plus de gagner moins que les hommes, les femmes ont plus de mal à accéder à l'emploi. "En 2014, la proportion de femmes de 15 à 64 ans occupant un emploi est de 54 ,8 % dans la région contre 63,8 % pour les hommes, soit la part la plus faible de province" avance l'Insee. Et le taux d'inactivité des femmes est bien plus élevé dans la région qu'ailleurs. Ainsi dans le Pas-de-Calais, une femme sur 5 est en inactivité. "On peut y voir la conséquence des difficultés économiques mais aussi des facteurs sociologiques. Pendant longtemps c'était l'homme qui partait gagner le salaire du foyer", poursuit François Chevalier.

Explosion des plaintes pour violences sexuelles

Enfin en cette journée internationale, le préfet de région a dévoilé des chiffres inquiétants. Ceux des plaintes déposées par des femmes victimes de violences sexuelles. Elles sont en hausse de 26 % depuis novembre, et même 41 % dans le Pas-de-Calais. "Difficile de ne pas y voir un lien avec la libération de la parole qui fait suite aux nombreuses affaires révélées depuis quelques mois dans le monde entier, explique Michel Lalande. Rendons hommage aux associations, à la presse, qui permettent à la justice d'être rendue face à une délinquance qui a trop longtemps été tue et assumée de manière assez lâche par notre société.