Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dans les quartiers nord de Marseille, les commandos armés se multiplient

lundi 25 mars 2019 à 18:16 Par Fabien Le Dû, France Bleu Provence et France Bleu

Cité de la Bricarde (15e arrondissement) un commando armé a fait dimanche une démonstration de force en plein après-midi devant des habitants médusés. Des images qui rappellent d'autres faits de même nature ces dernières années.

La cité de la Bricarde est souvent le théâtre de violences
La cité de la Bricarde est souvent le théâtre de violences © Maxppp - Nicolas Vallauri

Marseille, France

Comme un air de déjà vu pour les quartiers nord de Marseille : dimanche après-midi trois voitures noires débarquent au cœur de la cité de la Bricarde (15e), plusieurs individus en descendent, armés de fusils-mitrailleurs. Pendant quelques secondes, ils tirent, sans faire de blessés. D'après la police, il s'agirait de tirs d'intimidation en l'air sur fond de guerre de territoire dans le trafic de drogue.

Une nouvelle méthode d'intimidation ?

Le commando a été filmé par des habitants qui se cachent derrière les rideaux de leurs fenêtres. Des images diffusées sur francebleu.fr et qui ne sont pas sans rappeler celles de la Busserine (14e) en mai 2018 quand plusieurs hommes lourdement armés avaient procédé à des tirs entre les bâtiments avant de mettre en joue des policiers pour pouvoir s'enfuir. 

En 2015 déjà une dizaine d'individus armés, cagoulés, avait ouvert le feu cité de la Castellane (15e), le jour de la visite de Manuel Valls alors Premier ministre. Ce jour-là les policiers arrivés en renfort, dont le directeur départemental de la Sécurité publique, avaient entendu "les balles siffler au dessus de leurs têtes".

"On a peur pour nos enfants" (Salima, habitante des quartiers nord)

Ces intrusions armées, en plein jour, sont devenues des démonstrations de force en territoire ennemi pour les bandes rivales qui se livrent une guerre de territoire dans le trafic de drogue.

Des habitants impuissants

À l'image de Salima, les habitants des quartiers nord se sentent à la fois impuissants et abandonnés : "Ça ne s'arrête jamais, on ne se sent plus en sécurité nulle part, même en plein jour dans notre quartier. Un jour, il y aura des dégâts collatéraux, on a peur pour nos enfants". Des habitants privés de parole pour dénoncer cette violence quotidienne : "Les habitants ont peur de parler, vous savez comment ça se passe dans les quartiers, on peut se faire tirer dessus" explique Lionel.

Comment enrayer cette spirale infernale ? Pour Nadia, Irène et bien d'autres, "il n'y a que l'État qui peut faire quelque chose,on a été trop laxiste, il faut maintenant serrer la vis."