Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans les rues de Vauvert, la fête votive ne ressemble à aucune autre

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Il n'y a pas foule dans les rues de Vauvert (Gard) pour l'édition 2020 de la fête votive. Pas de déjeuner au pré, pas d'abrivade, et une fête parasitée par le coronavirus, mais les aficionados et les jeunes du village veulent perpétuer la tradition.

En plein après-midi, il n'y a vraiment pas foule à Vauvert dans le Gard.
En plein après-midi, il n'y a vraiment pas foule à Vauvert dans le Gard. © Radio France - Marion Bargiacchi

Les tables et les chaises posées devant les arènes sont bien vides. La quarantaine de forains habituels ne sont pas là. Une seule a tenu à venir "pour faire perdurer autant qu'elle peut" les traditions, avec ces chichis devant la grande porte rouge. Aux arènes Jean Brunel de Vauvert (Gard), à la place d'une effervescence quasi-constante, il n'y a que des soubresauts au moment des courses camarguaises. 

Seule une poignée d'aficionados présents

Les courses, c'est presque tout ce qu'il reste de "la semaine pour l'aficion" : pas de déjeuner au pré chaque matin, pas d'abrivado dans les rues. "Je pense voir 1 à 2% des clients habituels" explique Lilou qui gère la buvette des arènes depuis des années. Il salue tout de même la démarche d'avoir sauvé les courses :

C'est important pour faire vivre les raseteurs, les manadiers. La bouvine c'est la tradition. 

Reynald Barthes, patron du Café Paris sur la place de l'église, lui aussi sent les effets de la crise. "On a de la chance parce que contrairement à certains collèges, on a une belle terrasse. Ça nous permet d'organiser un peu plus facilement nos tables et créer un peu d'ambiance sans prendre de risque.

L'an dernier, au même moment, le village bouillonnait de visiteurs, ne serait-ce que pour voir passer les taureaux. "Cette année, il n'y a rien". Certains commerçants militent d'ailleurs pour organiser une abrivade comme au Cailar pour "sauver un peu l'âme de la fête".

Reynald Barthes, fait ce qu'il peut pour profiter de la fête.

La fête malgré le covid-19

Pour trouver un peu de l'ambiance de la fête votive, il faut donc remonter dans le village. Au son des sonos, quelques poignées de jeunes pour la plupart des vauverdoises et des vauverdois se sont retrouvés autour des bars emblématiques du coin comme l'Embuscade. "On fait vraiment attention, on est sage" explique Valentine, 18 ans et autant de fêtes votives à son actif, "Ma grand-mère faisait la fête, ma mère aussi, et moi je respecte les traditions. On a notre masque, on garde un peu de distance, on n'est pas au comptoir."

Valentine, 18 ans et autant de fêtes votives à son actifs, est déçue par cette édition.

Parce que coronavirus oblige, l'intérieur des bars est fermé. Dehors, pas plus de dix par table, le gel hydroalcoolique coule presque autant que le jaune. Et Valentine d'ajouter : "On est un peu frustré, c'est un peu la seule semaine où on peut tous se retrouver entre jeunes et s'amuser, et cette année, on n'a le droit de rien faire." 

L'un de ces voisins de fête, Antoine, se veut philosophe : "L'année prochaine, on fera la fête pour deux ans, il faudra faire honneur à toutes nos traditions !"

Drôle d'ambiance à Vauvert pour la fête votive 2020.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess