Football

Cédric Daury, entraîneur, ça ne fait pas rêver les supporters de l'AJA

Par Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre dimanche 9 octobre 2016 à 18:44

Cédric Daury à l'issue de son premier entrainement
Cédric Daury à l'issue de son premier entrainement © Radio France - Bruno Blanzat

La nomination de Cédric Daury (46 ans) au poste d’entraineur de l’AJA questionne les fans icaunais. L’intéressé, gros travailleur et qui débarque dans l’Yonne gonflé d’envie, demande à être jugé sur ses résultats.

Quarante deux ! Comme le nombre de CV reçus par les dirigeants icaunais après la mise à l’écart de Viorel Moldovan. Quarante deux techniciens se voyaient bien prendre la suite du roumain et tenter de redresser une situation mal embarquée (19ème de L2 et donc relégable après un succès en dix journées).

Choisi par Guy Cotret, validé par Guy Roux

Finalement, Guy Cotret a choisi le… quarante troisième candidat. La lettre de motivation de Cédric Daury ne faisait pas partie de la pile. Mais elle était restée sur un coin du bureau présidentiel, après la recherche d’un entraineur en mai dernier, avant de miser sur Moldovan. Et Guy Cotret, qui a tenté de faire un coup avec un technicien plus connu et expérimenté, comme Elie Baup, notamment, n’avait pas oublié le profil de post-formateur, l’expérience (sept années en L2, au Havre (2009-20012) et Châteauroux (2006-2008, puis 2015), et la hargne naturelle de Daury, qui s’est remis d’un cancer en 2007. Un cocktail qui peut selon Guy Cotret remettre l’AJA sur les bons rails. "l est très orienté vers la formation, il a sorti beaucoup de jeunes joueurs, qui évoluent aujourd’hui au plus haut niveau détaille le président icaunais. Il a de la détermination, de la volonté. Il a connu un accident de la vie qui a encore renforcé cette volonté farouche. Peut-être que les supporters attendaient un nom plus ronflant. On attend toujours des noms ronflants. On ne s’occupe pas beaucoup des capacités, on s’occupe plus du nom. Et bien moi j’ai essayé de m’occuper plus des capacités que du nom".

G. Cotret: "J'ai plus choisi des capacités qu'un nom"

"On a été un peu surpris"

— Steeve Meunier, président des Ultras

Cédric Daury s'adresse à ses joueurs à la fin de son premier entrainement - Radio France
Cédric Daury s'adresse à ses joueurs à la fin de son premier entrainement © Radio France - Bruno Blanzat

Daury, qui n’avait plus d’équipe depuis son départ de Châteauroux (national) en mai dernier, s’engage jusqu’en juin 2018 avec le club icaunais. Et alors que les supporters se mettaient à rêver d’un nom plus ronflant, ils voient débarquer un technicien connus des amateurs de foot, mais manifestement pas de tous. Certains ont dû taper son patronyme sur internet pour le découvrir.

"On a été un peu surpris du choix d’une personne que l’on ne connaît pas beaucoup jure Steeve Meunier, le président des Ultras Auxerre, principal groupe de supporters de l’AJA. On cherche un peu, qu’a-t-il fait ? Que peut-il amener ? C’est vrai que l’on aurait tous voulu un grand nom qui aurait peut-être donné un aspect d’assurance. Ça, c’est le premier abord. Mais ne pas s’emballer, ne pas juger sur le premier ressenti. On va faire comme d’habitude, on va juger sur les résultats. Et puis, il est difficile d’attitrer quelqu’un en plein milieu d’une saison, d’autant plus quand on se retrouve 19e de Ligue 2. De toute façon ils (les dirigeants) n’allaient pas nous faire venir Mourinho (le technicien portugais, très réputé, entraîne Manchester United). De toute façon, je n’en aurais pas voulu car ce n’est pas dans l’âme du club". Mourinho.... on n’a même pas osé demander à Guy Cotret s’il y avait songé.

Steeve Meunier: "On a été un peu surpris. On jugera sur les résultats"

Daury : "Un nom, on se le crée"

Cédric Daury, dans un premier temps, va devoir faire avec cet accueil. Mais cela ne dérange pas l’ancien attaquant de Reims (88-90, D2, Deuxième division), d’Angers (90-93, D2 ; puis 93-94, D1), du Havre (94-96, D1), de Cannes (96-97, D1), de Laval (97-98, D2) et de Châteauroux (98-2001, D2).

« Ça fait trente ans que je suis dans le milieu professionnel explique le nouvel entraineur auxerrois. Il y a toujours des noms plus clinquants. Il y a toujours mieux. Mais moi ce qui compte, c’est le contenu des choses. Je ne suis ni susceptible, ni parano. Moi ce qui m’intéresse, ce n’est pas ma personne, mais que la structure collective progresse. Un nom, on l’a, on se le crée. Ce qui m’intéresse, c’est le présent qui va construire mon futur. On arrive à convaincre les gens avec des résultats. J’ai envie de convaincre mes joueurs qu’ils ont un gros potentiel. Et à travers les résultats que l’on aura, on arrivera à convaincre le reste. Je suis plein d’humilité, je vais beaucoup travailler et en étant plein de détermination et d’enthousiasme, et je vais vous ramener de plus en plus de gens à notre cause. »

Cédric Daury parle de sa méthode

Un détail d’importance plaide aussi en faveur de Daury. Si Guy Cotret avait gardé son bon souvenir en tête, le président a invité Guy Roux a "valider" son choix. Le mardi 4 octobre, l’entraîneur emblématique de l’AJA était donc partie de la délégation auxerroise qui rencontrait Daury, à Paris, quelques heures avant sa signature. Et avoir la bénédiction de Guy Roux, à Auxerre, ça peut faire changer d’avis la vox-populi.

Interview intégrale de C. Daury

Staff technique de l’AJA : Cédric Daury, David Carré (entraîneur adjoint), Guillaume Colin (préparateur physique), Attila Farkas (entraîneur des gardiens)

Partager sur :