Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Davantage de logements pour éloigner les conjoints violents dans la métropole lilloise

-
Par , France Bleu Nord

Disposer de davantage de logements dans la métropole lilloise pour éloigner les conjoints violents: c'est l'objectif d'une convention qui vient d'être signée. Témoignage d'un conjoint qui habite aujourd'hui dans l'un des six logements actuellement disponibles dans la métropole lilloise.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Vanessa MEYER

" Etre seul dans cet appartement, ça permet de réfléchir à ce que j'ai fait, à mes torts", témoigne cet homme d'une trentaine d'années qui vit aujourd'hui à Tourcoing, dans l'un des six appartements où sont logés temporairement des conjoints violents dans la métropole lilloise. Cet homme marié, père de deux enfants en bas âge, a été placé en garde à vue mi-avril suite à une plainte pour violences conjugales déposée par sa femme, après une première plainte déjà en 2019. Il a été placé sous contrôle judiciaire pour une durée de six mois, jusqu'à la tenue de son procès en octobre. Le magistrat a prononcé à son encontre une éviction du domicile conjugal , l'interdiction d'entrer en contact avec son épouse, et la suspension du droit de visite et d'hébergement de ses enfants. C'est dans le cadre de cette éviction qu'il lui a été proposé d'habiter temporairement dans cet appartement. 

"Sans cet appartement, je me serai retrouvé à la rue"

"Sans cet appartement, je me serai retrouvé à la rue", affirme-t-il. Il se montre conscient de l'opportunité que représente pour lui le fait de se trouver dans ce logement dans une solitude parfois pesante, loin de ses enfants, mais qui lui permet aussi de réfléchir: "Il y a beaucoup de choses qui me reviennent en tête: qu'est-ce que j'ai fait? Comment j'aurai pu éviter ça?", témoigne-t-il, "Je repars de zéro, je dois me faire des amis, je veux trouver un emploi stable, à temps plein, alors que pour le moment je travaille en intérim". 

La directrice du SCJE de Lille Caroline Alirol

C'est le SCJE de Lille, le Service de Contrôle Judiciaire et d'Enquête de Lille qui est chargé d'assurer le suivi de son contrôle judiciaire et qui lui a donc proposé de s'installer temporairement dans cet appartement. Le SCJE, qui est une association loi 1901, a désormais six appartements à sa disposition dans la métropole lilloise pour y loger des conjoints violents à Villeneuve d'Ascq, Haubourdin, Tourcoing et La Madeleine. Le conjoint violent ou présumé violent -puisque beaucoup sont en attente de leur jugement et donc présumés innocents- paie une partie du loyer proportionnellement à ses revenus. Pour Caroline Alirol, directrice du SCJE de Lille,  "l'éviction d'auteur de violences conjugales dans l'un de ces appartements est très bénéfique parce que ce sont des lieux neutres. Quand on n'a pas de solution d'hébergement, on les oriente vers des proches quand ils peuvent se faire héberger, mais il faut d'abord qu'on s'assure que cette personne est une personne neutre et qu'elle ne vienne pas nourrir le conflit. Dans ces appartements, on va les voir régulièrement, les différents intervenants peuvent agir". Les conjoints violents sont suivis par différents intervenants, souvent par un contrôleur judiciaire, un psychologue et un conseiller en insertion sociale et professionnelle. L'objectif est d'assurer un accompagnement global de la personne, sur les questions du logement, de l'emploi, des aides sociales, etc. 

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - CHRISTOPHE BARREAU

Un conjoint violent hébergé dans l'un des 6 appartements du SCJE témoigne

L'intérêt de disposer de ces appartements est également de pouvoir se concentrer sur la réinsertion de l'individu, la prise de conscience des faits. Batiste Catrix est conseiller en insertion sociale et professionnelle au SCJE de Lille, il accompagne ces conjoints violents dans de très nombreuses démarches, inimaginables si la personne se retrouvait à la rue : " A la rue, tout notre travail de responsabilisation ne sera pas la priorité pour la personne. la personne va plutôt réfléchir à "où est-ce que je dors ce soir?  qu'est-ce que je mange ce soir"? alors que dans un hébergement il est beaucoup plus facile pour la personne de pouvoir se poser, réfléchir."

Le SCJE de Lille accompagne un millier de conjoints violents chaque année

Seulement six appartements pour toute la métropole lilloise, cela semble pour le moment être une goutte d'eau au vu du nombre de conjoints violents. Le SCJE de Lille accompagne environ un millier de conjoints violents chaque année, à travers des ateliers collectifs, des entretiens avec des psychologues entre autres. Actuellement, il assure le suivi pour la justice de 244 suivis d'auteurs de violences conjugales sous contrôle judiciaire et le suive de 152 conjoints violents en situation de sursis probatoire.  

Plusieurs numéros existent pour venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales
Plusieurs numéros existent pour venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales © Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess