Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dax : l'homme qui a mordu le doigt de sa compagne condamné à deux ans de prison

-
Par , France Bleu Gascogne

Jeudi, l'homme qui a mordu le doigt de sa compagne a été jugé par le tribunal de Dax. Il a été condamné à 2 ans de prison, dont 6 mois avec sursis. L'homme de 24 ans a fait face à deux victimes, toutes les deux des ex-compagnes à lui, qui ont vécu le même calvaire.

L'homme de 24 ans avait pour habitude de consommer de l'alcool et du cannabis
L'homme de 24 ans avait pour habitude de consommer de l'alcool et du cannabis © Maxppp - MAXPPP

Dax, France

Jeudi, l'homme qui a mordu le doigt de sa compagne a été condamné par le tribunal de Dax à 2 ans de prison, dont 6 mois avec sursis. Il doit aussi verser plus de 7000€ de dommages et intérêts. L'homme de 24 ans avait mordu le doigt de sa compagne le week-end dernier parce qu’elle avait mangé une pizza au chorizo, et il ne voulait pas qu'elle mange de porc. L'argument religieux n'a pas été retenu dans le dossier, ni par l'avocate des victimes, ni par la procureure de la république. C'est avant tout ses violences à répétition qui ont été mises en avant. À l'audience, la victime de la morsure était présente, mais aussi une autre femme : son ex-compagne, qui elle aussi était frappée à répétition par son conjoint.

Deux femmes qui ont vécu le même calvaire, avec le même homme

Les deux femmes sont assises dans le tribunal, côte à côte. Une blonde, une brune. Elles ont du mal à retenir leurs larmes. Les deux victimes sont des ex-compagnes de Mehdi, elles racontent leur quotidien : interdiction de sortir, crises de jalousie, coup de pieds, gifles... Mehdi a même frappé la mère de ses 2 enfants d'un coup de casserole sur la tête. La mère de famille tombe en dépression et fait plusieurs tentatives de suicide. Elle passera même une semaine à l’hôpital psychiatrique. Pendant que les deux femmes témoignent, Mehdi ne réagit pas vraiment. Il nie tout, sauf le doigt mordu. La victime est d'ailleurs à quelques centimètres de lui, le doigt dans le bandage depuis qu'elle a perdu une phalange.

"J'avais toujours espoir qu'il change"

Sa dernière compagne raconte le calvaire qu'elle a enduré, avant l'épisode la morsure. Mais lorsque le juge lui demande pourquoi elle n'a pas porté plainte avant, la jeune femme répond : "J'avais toujours espoir qu'il change. On s'était promis de faire des efforts l'un et l'autre." Elle fond en larmes et se ronge les ongles, stressée.  Une troisième victime est d'ailleurs présente à l'audience. Il s'agit d'une amie, qui a assisté à des scènes de violences et qui a elle même était frappée : "On rentrait d'Espagne, en voiture. Il a commencé à crier sur mon amie. J'ai voulu l'arrêter, mais il m'a frappé le crâne avec une bouteille d'alcool."

Un homme au casier judiciaire quasi-vierge 

Mehdi, 24 ans, n'était pas connu des services de police, mis à part pour des histoires de consommation de cannabis. Il a d'ailleurs été condamné à effectuer un stage de sensibilisation aux dangers de l'usage de produits stupéfiants en 2016. Stage qu'il n'aurait pas effectué dans sa totalité. Ses parents, présents dans la salle d'audience, n'ont pas eu l'occasion de s'exprimer. La procureure de la république a tenu à rappeler : "Ce n'est pas parce qu'il a un casier judiciaire vide qu'il ne peut pas battre ses compagnes. Nous sommes dans une période où il y a trop de violences faites aux femmes, déjà 72 féminicides en 2019. Mehdi fait parti de ces hommes qui n'assument rien. Il faut le punir pour ne pas qu'il reproduise ces actes."