Faits divers – Justice

Dax : les forains entendus au commissariat après le blocage de la Féria

Par Nelly Assénat, France Bleu Gascogne et France Bleu vendredi 16 octobre 2015 à 10:15

Le blocage de la ville a duré 36 heures
Le blocage de la ville a duré 36 heures © Radio France

Deux mois après les menaces de blocage de la Féria de Dax, trois leaders des forains sont entendus par la police. L'enquête judiciaire suit son cours pour "manifestation illicite" et "entrave à la circulation".

Août 2015, ouverture de la Féria : pendant 36 heures, une quinzaine de semi-remorques ont cadenassé la cité thermale. Des camions aux cabines vides étaient plantés au milieu de la chaussée, devant le parc Théodore Denis. Les forains protestaient à cause de leurs emplacements. Ils voulaient exploiter quelques manèges plus près des arènes de Dax.

Après 24 heures de mobilisation, un accord a été trouvé, mais  deux mois après, l’action judiciaire continue. D'après les informations de France Bleu Gascogne, les leaders du mouvement doivent répondre entre autres de "manifestation illicite" et "entrave à la circulation". Les forains ont du s'expliquer ces derniers jours dans les locaux du commissariat. On apprend d'ailleurs aujourd'hui que les menaces de blocage de la Féria ont duré tout le temps des festivités, jusqu'au samedi. 

Les forains et la sous-préfecture s'opposent sur la légalité de la manifestation

David Batista, le président régional du Cidunati, le syndicat qui défend les forains, se dit « confiant ». D’après lui, la déclaration de manifestation a été déposée en toute légalité, avec copie à la mairie de Dax , trois jours avant le début du blocage. Le Cidunati conteste aussi les 200 PV à 35 euros infligés aux forains pour "stationnement gênant" durant le conflit. 

En revanche, du côté de la sous-préfecture, on insiste : il n’y a pas d’impunité. En réaction au chaos début août, un arrêté préfectoral interdisant la manifestation a été remis en mains propres au leader des forains Norman Bruch qui risque 6 mois de prison et plus de 76 000 euros d’amende. Norman Bruch est par ailleurs suspecté du délit de port illégal d'uniforme. Il s'était ostensiblement promené dans Dax avec une chasuble de la police municipale. 

Le parquet de Dax n'a pas encore décidé de poursuivre ou non les forains

L’enquête n’a pas encore conclu que toutes les charges peuvent être retenues. Le parquet de Dax n'a pas encore pris sa décision de poursuivre ou non les manifestants.

Malgré cette enquête en cours, le dialogue n'est pas rompu avec la mairie de Dax : une réunion avec toutes les parties prenantes doit avoir lieu fin octobre/début novembre.