Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des violences de série "Z" devant la cour d'assises à Pau

jeudi 5 octobre 2017 à 19:03 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Trois jeunes de Pau comparaissent à partir de ce vendredi pour enlèvement, séquestration avec actes de tortures et de barbarie en mai 2015. Ils ont relâché leur victime après avoir obtenu quelques centaines d'euros et un peu de cannabis.

La barre à la cour d'assises de Pau
La barre à la cour d'assises de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Trois jeunes de 24 et 25 ans comparaissent devant la cour d'assises des Pyrénées Atlantiques à Pau à partir de ce vendredi matin. Ils comparaissent pour enlèvement, séquestration, extorsion avec actes de tortures et barbarie. Les faits remontent à la soirée du 7 mars 2015 et la nuit du 7 au 8. La victime est un jeune du quartier Saragosse à Pau. Il s'est vu infliger un calvaire par ses trois agresseurs. Un scénario de série B ou de Tarantino.

Les faits sont à la fois terrifiants et pathétiques. La victime a touché de son assurance une indemnisation importante pour des séquelles après un accident de moto : un peu plus de 30 000 euros. Ça se sait dans le quartier. D'où cette idée de lui extorquer de l'argent. Il est donc organisé ce traquenard à trois dans la rue, cachés entre des voitures avec des cagoules et des armes. On le fait monter dans une voiture. On parle espagnol pour brouiller les pistes. On l'emmène dans le hangar d'un artisan où travaille un des trois. Et là, on le ligote et on lui bande les yeux. On le "picote" avec la pointe d'un couteau. On lui met la tête dans un lavabo. Et on lui arrose les genoux d'essence, en le menaçant de lui mettre le feu. Il finit par appeler son frère pour que l'on remette aux ravisseurs 500 euros et de la résine de canabis.

Sur les trois accusés, deux ont des casiers judiciaires. Les débats commencent ce vendredi matin à 9 heures. Le procès doit durer quatre jours. Verdict mercredi soir.