Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tribunal de Pau : la douleur d'un père jugé pour la mort de son fils

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

En Octobre 2020, ce papa a perdu le contrôle de sa voiture, alors qu'il avait bu. Son fils était passager et il est mort dans l'accident. Le père a été condamné ce jeudi pour homicide involontaire après une audience douloureuse

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Ce jeudi, devant le tribunal correctionnel un homme a été jugé pour un accident mortel de la route. Il a perdu le contrôle de sa voiture. Il était alcoolisé et sous stupéfiant. L'accident a coûté la vie à son fils de 26 ans qui était passager. Cela s'est passé à Buros il y a 4 mois à peine. Le 17 octobre 2020. C'est un homme abattu qui a été condamné à 10 mois de prison ferme.

C'est un homme de peu de mots. Parfois il ne répond pas aux questions de la présidente. Mais c'est un homme anéanti et ça se voit. Cela s'entend aussi, dans ses silences. Il avait bu avec son fils dans ce bar ce soir là. Il avait fumé du cannabis le matin. Vers minuit et demi, à Buros, il s'est endormi au volant. Son fils n'avait pas la ceinture. Il est mort. 

"J'aurais préféré que ce soit moi. Lui il avait toute sa vie devant lui. La mienne est faite."

C'est sa plus longue phrase à l'audience. Une audience courte, sans leçon de morale, pour une fois, sur les dangers de l'alcool et de la drogue au volant. La présidente ne l'accable pas en lui rappelant cette première condamnation en 2016 pour une conduite sous stupéfiant. Il avait arrêté les joints et l'alcool pendant un an, avant de reprendre. Même la procureur Béatrice Bioux l'a épargné en commençant ses réquisitions par ces mots :"Il est difficile de requérir. Il a déjà reçu la pire des peines : comparaître devant vous vivant, alors que son fils est mort."

Il a été décidé que sa peine de dix mois fermes, sera aménagée sous bracelet électronique, avec une annulation de permis pour une durée de deux ans, et une obligation de soins psychologiques, qu'il a de toute manière déjà commencés, vu son état.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess