Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

De faux mineurs pour une vraie escroquerie à Montpellier

mercredi 4 avril 2018 à 17:09 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault

Cinq garçons d'origine ivoirienne se faisaient passer pour des mineurs isolés et étaient ainsi pris en charge par le Conseil départemental de l'Hérault. Ils avaient en réalité entre 18 et 20 ans. Les faux mineurs ont déjà coûté 800.000 euros au dpartement depuis le début de l'année.

Christophe Barre, procureur de la République et le commissaire Laurent Siam, directeur interdépartemental de la Police aux Frontières pour l'Hérault, le Gard et la Lozère
Christophe Barre, procureur de la République et le commissaire Laurent Siam, directeur interdépartemental de la Police aux Frontières pour l'Hérault, le Gard et la Lozère © Radio France - Guillaume Roulland

Montpellier, France

Cinq jeunes Ivoiriens viennent d'être interpellés à Montpellier par la police aux frontières pour s'être fait passer pour des mineurs isolés. Courant 2017, ils étaient rentrés illégalement en France, via la Libye et l'Italie, avec de faux papiers d'identité laissant penser qu'ils avaient moins de 18 ans. 

Un mineur isolé coûte 284 euros par jour au Conseil départemental

Ils disaient avoir 15 ou 17 ans. Le plus jeune en avait en réalité 18 et le plus âgé 20. Les cinq jeunes clandestins sont originaires de Daloa, une ville située au centre de la Côte-d'Ivoire. Ils étaient à Montpellier depuis l'année dernière, pris en charge par le Conseil départemental de l'Hérault à hauteur de 284 euros par jour pour chacun d'entre eux. Ce qui donne une idée du préjudice financier. 

"C'est un coût pour la collectivité, si on avait continué de financer la prise en charge de ces cinq faux-mineurs jusqu'à leur supposée majorité, cela aurait encore coûté deux millions d'euros", explique Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier. 

Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier

De faux papiers d'identité qui portaient tous le même numéro

Les enquêteurs de la police aux frontières ont eu des doutes en examinant à la loupe leurs papiers d'identité. Ils portaient tous le même numéro. Après une enquête de plusieurs mois, la PAF, en collaboration avec les autorités ivoiriennes, a réussi à identifier le faussaire, ainsi qu'un officier d'état civil ivoirien, tous deux interpellés par la justice ivoirienne depuis. 

"Nous travaillons avec une cellule de fraude documentaire avec des experts et avec d'autres services européens et internationaux", explique le commissaire Laurent Siam, directeur interdépartemental de la police aux frontières pour l'Hérault, le Gard et la Lozère

le commissaire Laurent Siam, directeur interdépartemental de la Police aux Frontières pour l'Hérault, le Gard et la Lozère

Les faux mineurs ont déjà coûté 800.000 euros depuis le début de l'année

Le nombre de mineurs isolés explose dans le département depuis quatre ans. Ils sont à ce jour 285 à être pris en charge. Mais depuis le 1er janvier, le parquet a déjà engagé des poursuites à l'encontre d'une quinzaine d'entre eux pour fraude sociale au Département. Ces faux mineurs ont coûté l'année dernière près d'un million d'euros, et depuis le 1er janvier, le préjudice s'élève déjà pour l'année 2018 à plus de 800.000 euros.