Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

De la prison avec sursis dans le procès pour maltraitance à l'abattoir du Vigan

Le Vigan, Gard, France

Le principal prévenu dans le procès de l'abattoir du Vigan a été condamné à huit mois de prison avec sursis pour maltraitance et sévices graves. Des faits révélés par une vidéo de l'association L214 diffusée sur internet.

Les faits avaient été révélés par une vidéo choc de l'association de défense des animaux L214, diffusée sur le web.
Les faits avaient été révélés par une vidéo choc de l'association de défense des animaux L214, diffusée sur le web. © Maxppp -

Le jugement est salué par l'association de défense du droit animal, L214, à l'origine du scandale. Le tribunal correctionnel d'Alès a condamné ce vendredi le principal prévenu dans le procès de l'abattoir du Vigan à huit mois de prison avec sursis et 600 euros d'amende, moins que la peine de un an requise par le procureur.

Cet employé, reconnu coupable de "sévices graves", "actes de cruauté" et "mauvais traitements", se voit également interdit de travailler dans un abattoir pendant 5 ans.

"Jusqu'ici on avait le sentiment que la protection des animaux dans les abattoirs était optionnelle"

"La reconnaissance d'un délit de sévices graves, c'est une première, estime Sébastien Arsac, porte-parole de L214. Il y a aussi une reconnaissance dans la chaîne des responsabilités, de la responsabilité de la communauté de communes. C'est une reconnaissance qu'il y avait des défauts de structure et d'entretien de matériel. Jusqu'ici on avait le sentiment que la protection des animaux dans les abattoirs était optionnelle. Il y a un message envoyé tant vers les directions, que vers les employés et les services qui sont sensés contrôler que la réglementation est bien respectée dans les abattoirs." L'association a d'autres établissements dans le collimateur. Elle a porté plainte contre 7 abattoirs depuis fin 2015.

"C'est un message envoyé tant vers les directions d'abattoirs que les employés et les services chargés de contrôler". Sébastien Arsac, L214

L'abattoir va être repris par un groupe d'éleveurs

La communauté de communes du Pays viganais, qui gérait l'abattoir, est condamnée en revanche à une peine d'amende: 3.500 euros. Son président Roland Canayer n'a pas tout à fait la même lecture du jugemennt. "C'était normal qu'on prenne une amende. Mais elle est relative. Ce qui est important c'est que le fonctionnement n'est pas mis en cause. Il y a eu l'égarement d'une personne, mais la structure n'est pas mise en cause."

C'est "l'égarement d'une personne mais la structure n'est pas remise en cause". Roland Canayer, président de la communauté de communes du Pays viganais

La communauté de communes travaille sur la reprise de l'abattoir par les éleveurs. Il devrait fermer quelques mois mais l'activité doit reprendre dès septembre.

Les deux autres prévenus échappent à une condamnation

Les deux autres prévenus dans ce procès, des employés eux aussi, n'ont pas été condamnés car les faits qui leur sont reprochés sont prescrits.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess