Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prison ferme pour les deux agresseurs d'un jeune handicapé à Saint-Jean de Braye

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Le tribunal correctionnel d'Orléans a condamné ce vendredi 2 hommes de 25 et 26 ans pour avoir agressé un jeune handicapé mental. C'était le 20 mai dernier à Saint Jean de Braye, près de la station de tramway Léon Blum. La victime a eu 21 jours d'ITT.

Entrée du palais de justice d'Orléans
Entrée du palais de justice d'Orléans © Radio France - Luc Barre

Saint-Jean-de-Braye, France

Sur sa chaise, à l'audience, Jean Pierre a dû mal à rester en place. Ce jeune homme de 18 ans, handicapé mental, porte encore sur son visage les stigmates de son agression. C'était le 20 mai dernier à Saint Jean de Braye, près de la station de tramway Léon Blum. Le garçon venait de rater son bus, il tournait sur lui même "en grande situation de  stress "précise son avocate. Comment et pourquoi est-il entré en contact avec ses agresseurs ? Jean Pierre dit ne plus se souvenir. Reste alors  la version des 2 prévenus qui ont été retrouvés grâce à des images de vidéo surveillance. Il y a Nicolas, un abraysien de 26 ans, au RSA et son ami Christopher, intérimaire de 25 ans. Tous les 2 sont déjà connus de la justice pour des affaires de violences ou de stupéfiants. 

La victime retrouvée la tête en sang dans une cage d'escalier 

Seulement, les 2 hommes ont du mal à détailler cette soirée du dimanche 20 mai. " Il est monté chez moi, je pensais qu'il était avec Christopher et je n'ai pas posé de questions" se défend Nicolas. Il reconnait que ce jour là il avait bu du whisky et qu'il n'était pas dans son état normal. "On a voulu le raccompagner au tram et c'est là que tout a dérapé" explique Nicolas. " Il a parlé de ma grand-mère décédée et je ne sais pas pourquoi, je lui ai mis une gifle". Christopher a pris le relais, il a pourchassé Jean Pierre jusque dans un parking souterrain où il l'a frappé à plusieurs reprises. Jean Pierre finit par se sauver, il sera retrouvé à 2 heures du matin dans une cage d'escalier, la tête en sang.  Il n'a plus de manteau, plus de chaussures, plus de lunettes et son portefeuille a disparu. 

Les prédateurs étaient de sortie et ils ont trouvé la proie facile

Face aux explications des 2 prévenus,  l'avocate de Jean Pierre, Maitre Anne Paladino, s'emporte: " Ce soir là, les prédateurs étaient de sortie et ils ont trouvé la proie facile." Pour elles, les 2 hommes cherchent des excuses faciles pour légitimer leur violence mais la réalité est beaucoup plus simple : " ils avaient envie se faire un handicapé". Le procureur, Alain Leroux, va même plus loin : " ces 2 là nous racontent des histoires, ils ont voulu s'amuser et ils n'ont même pas le courage de le reconnaître aujourd'hui !" . Il demande 30 mois de prison dont 10 avec sursis pour les 2 hommes. 

Les 2 hommes condamnés à de la prison ferme : 8 et 14 mois 

Finalement, le tribunal a condamné Christopher à 2 ans de prison dont 10 mois avec sursis, Nicolas lui écope de 18 mois dont 10  avec sursis. Les 2 ont l'obligation de trouver un travail, une formation et de suivre des soins pendant 2 ans. Un mandat de dépôt a également été prononcé : les 2 ont donc été directement envoyés en prison. A l'énoncé du jugement, Jean Pierre lui semble avoir la tête ailleurs. Depuis cette affaire, il a perdu tous ses repères et surtout le peu d'autonomie qu'il avait notamment pour prendre seul le bus. " Il est suivi dans un IME et pour ses éducateurs, il va falloir tout reprendre à zéro" déplore son avocate.