Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

De la prison ferme pour l'éleveur qui maltraitait ses chevaux à Jublains

vendredi 31 mars 2017 à 17:25 Par Stéphanie Denevault, France Bleu Mayenne et France Bleu

Gérard Renat a été condamné ce vendredi 31 mars à 1 an de prison dont 6 mois ferme par le tribunal correctionnel de Laval. Il n’a plus le droit d’avoir des animaux. Et il devra verser près de 45.000 euros aux associations de défense des animaux.

Sauvetage des chevaux à Jublains
Sauvetage des chevaux à Jublains - Fondation 30 Millions d'Amis-DR

Jublains, France

Ce procès n’a pas permis de faire toute la lumière sur ce drame. Car tout le monde voulait le voir, l'entendre mais il n'était pas là, lui le personnage central de cette affaire rare de maltraitance animale à si grande échelle. Gérard Renat, 61 ans, n'était pas à son procès, et il n'était pas représenté pas un avocat. Ce procès a quand même permis d'apprendre que cet homme avait tenté de monter un élevage dans la Nièvre, que ça n'a pas marché alors à la fin des années 90, il décide de s'installer en Mayenne, à Jublains. Gérard Renat a 75 chevaux, mais il n'est pas toujours présent à Jublains et puis les chevaux, ça coûte cher. Pour trouver de l'argent, cet éleveur a des moutons, qu'il vend. De l'argent qui doit permettre d'acheter de la nourriture pour les chevaux mais le montage ne tient pas.

Des chevaux en très grande maigreur

Les services vétérinaires vont intervenir trois fois en décembre et janvier dernier. Ce qu'ils découvrent est édifiant. Le président du Tribunal décrit la scène d'horreur : c'est l'hiver, il fait très froid, la mare est gelée, les chevaux ne peuvent pas boire, il y a des cadavres de chevaux, des bêtes en grande maigreur qui n'arrivent plus à se mettre debout, qui agonisent. Il faudra en euthanasier pour abréger leur souffrance. Devant le Juge d'Instruction, Gérard Renat a expliqué que ce n'était pas sa faute, mais celle du Préfet, il n'avait plus d'argent pour nourrir ses chevaux, on ne l'a pas aidé. Pour le Procureur de la République, "il aurait pu alerter des fondations d'animaux, pour que ses chevaux soient pris en charge, il n'a rien fait pour trouver de la nourriture. Le pire, c'est la mare, il suffisait qu'il casse la glace pour que ses chevaux puissent au moins boire, même ça il ne l'a pas fait."