Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

De la prison ferme pour le fiché S qui avait menacé les agents de Pole Emploi à Nantes

-
Par , France Bleu Loire Océan

Il avait menacé des salariés et usagers d'une agence Pôle Emploi à Nantes vendredi en expliquant qu'il était "dangereux" et "fiché S". Un homme de 32 ans, au casier judiciaire déjà très chargé, est condamné à douze mois de prison, dont six mois ferme.

Une agence Pole Emploi
Une agence Pole Emploi © Maxppp -

Nantes, France

Dans son box, le prévenu a du mal à laisser le juge parler ce lundi après-midi. Très bavard, souvent confus, il veut s'expliquer : "j'ai pété les plombs, je regrette !". Pourtant, quand le tribunal lui rappelle ce qui s'est passé vendredi dernier, vers 9h30, dans l'agence Pôle Emploi du quartier Haluchère à Nantes, le trentenaire minimise les faits. Non, dit-il, il n'a pas mimé le geste d'un homme tirant avec un fusil sur les salariés et usagers présents ce matin là, il a juste "fait un bras d'honneur à tout le monde". Cette version  est pourtant contredite par les témoins présents vendredi. 

Vous savez que je suis fiché S, que je suis dangereux ?"

En revanche, l'homme ne nie pas avoir crié "vous savez que je suis fiché S ? Vous savez que je suis dangereux ?". Il tente de se justifier : "j'étais énervé, j'avais bu du Redbull [boisson énergisante contenant de la taurine et de la caféine], et puis, j'étais énervé car je n'avais pas encore fumé [de cannabis]." Il poursuit : "ça m'a énervé. Je cherche du travail tous les jours, je ne trouve pas, et je n'ai pas supporté qu'on me renvoie vers une autre agence Pôle Emploi pour un rendez-vous le 1er octobre", explique cet homme de 32 ans, vivant du RSA, toujours hébergé chez ses parents à Sainte-Luce-sur-Loire, qui en effet est repéré comme étant radicalisé ou en voie de radicalisation,  et qui serait proche de la mouvance salafiste. 

Un homme impulsif, immature, fragile

Mais cet homme, habitué de la prison, déjà condamné vingt fois depuis son adolescence pour vols, violences, dégradations, est surtout décrit comme "impulsif, immature, influençable et fragile". Et en le condamnant à douze mois de prison dont six mois ferme, le tribunal insiste sur les deux ans de mise à l'épreuve et l'obligation de soins et de suivi psychiatrique à sa sortie de prison.  L'homme, qui était en détention provisoire depuis vendredi, a été incarcéré juste après cette audience de comparution immédiate. Il devra également verser un euro symbolique à Pôle emploi et à une des salariée qui s'est portée partie civile, ainsi que 600 euros au titre des frais de justice.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu