Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

De la prison ferme pour les auteurs de violences contre une surveillante pénitentiaire à Châteauroux

-
Par , France Bleu Berry

Deux détenus de la prison du Craquelin, à Châteauroux, ont été condamnés respectivement à deux ans et un an de prison ferme. Ils sont reconnus coupables de violences contre une surveillante pénitentiaire.

Les violences ont eu lieu dans l'enceinte de la prison du Craquelin, à Châteauroux
Les violences ont eu lieu dans l'enceinte de la prison du Craquelin, à Châteauroux © Maxppp - PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE

Châteauroux, France

Deux détenus du centre pénitentiaire du Craquelin, à Châteauroux, ont été condamnés à de la prison ferme. Ils sont reconnus coupables de violences contre une surveillante pénitentiaire. Le 30 juin dernier, la surveillante distribue des repas dans les cellules, en compagnie d'un détenu auxiliaire. Les deux détenus dans la même cellule les attendent avec des casseroles. Devant le tribunal, l'un des détenus explique avoir un contentieux avec le détenu auxiliaire qui lui aurait volé son téléphone portable. Il veut donc le frapper.

Une affaire symbolique des conditions de travail en prison

Des coups sont portés. La surveillante pénitentiaire tente de s'interposer. Elle reçoit alors des coups de plateaux repas. Huit jours d'incapacité totale de travail sont décrétés. Et depuis, elle est toujours en arrêt. L'un des deux détenus avoue lui-même être l'instigateur des violences. Mais il nie avoir voulu frapper la surveillante. "Si j'avais vraiment voulu, je ne me serais pas arrêtée. Là, quand j'ai vu qu'elle était à terre, je suis allée la voir", explique-t-il. Il est finalement condamné à deux ans de prison ferme.

Son co-détenu écope quant à lui d'une peine d'un an de prison ferme. Il dit avoir reçu des pressions pour participer aux violences. "J'étais obligé de le faire. Il m'a dit que ses problèmes étaient les miens aussi", explique-t-il à la barre.

Choix de la station

France Bleu