Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT - Grève du 5 décembre : plus de 180.000 manifestants dans une trentaine de villes
Faits divers - Justice

De la prison ferme pour un pharmacien du Nord-Isère reconnu coupable d'avoir détourné près de 600.000 euros

-
Par , France Bleu Isère

Le tribunal correctionnel de Vienne vient de condamner à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, l'ancien gérant de la pharmacie Durhone à Saint-Maurice-l'Exil (Isère), pour escroquerie à la Caisse Primaire d'Assurance Maladie. Entre 2014 et 2017, il a détourné 565.000 euros.

Illustration pharmacie
Illustration pharmacie © Radio France - Jade Peychieras

Saint-Maurice-l'Exil, France

Le tribunal de Vienne (Isère) vient de condamner Eric Durhone à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis et trois ans de mise à l'épreuve. Cet ancien pharmacien à Saint-Maurice-l'Exil est reconnu coupable d'escroquerie à la Caisse Primaire d'Assurance Maladie. Pendant trois ans, de juillet 2014 à novembre 2017, il facturé pour 565.000 euros de médicaments à la Caisse Primaire d'Assurance Maladie d'Isère (CPAM), sans pour autant délivrer les produits à des malades. 

Des problèmes d'argent 

Pendant le procès, cet Isérois avait mis en avant des problèmes financiers. Un discours qui n'a pas vraiment convaincu la présidente du tribunal de Vienne. Il faut dire que le train de vie d'Eric d'Durhone ne ressemblait pas à celui d'un chef d'entreprise pris à la gorge : un chalet pour les vacances, une Porsche 911 et une Porsche Panamera achetés à crédit, sans oublier les deux voitures BMW X5 en leasing (location, avec achat en option). 

Dans cette famille, le budget voiture était de 5.000 euros par mois. "Une erreur" reconnaissait, il y a quelques semaines, le pharmacien lors de son procès. C'est en parti pour financer tout ça, que le pharmacien a facturé à la CPAM de l'Isère des médicaments, sans pour autant les commander. Une combine "facile" selon lui puisque la carte vitale n'est pas forcément nécessaire, le client peut donc être "fictif".

Une combine "facile"

Sauf que c'est justement le nombre de transactions sans carte vitale qui a mis la puce à l'oreille des organismes de contrôle. "Une pharmacie normale fait en moyenne 12% de paiements sans carte vitale. Vous étiez à 90%!", indiquait la présidente à l'audience. "C'était une période très difficile. Je n'avais pas le choix", a répondu alors l'ancien pharmacien. Aujourd'hui, il n'a plus le choix non plus puisqu'il ne peut plus exercer pendant quatre ans. Décision de l'ordre des pharmaciens. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu