Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

De la prison ferme requise contre les deux anciens gérants du cinéma Les Carmes d'Orléans

vendredi 3 novembre 2017 à 9:12 Par Margaux Stive, France Bleu Orléans

Après pas moins de quatre renvois, le procès des ex-gérants du cinéma des Carmes a enfin eu lieu ce jeudi. Le Parquet a requis des peines de prison ferme contre les deux prévenus.

Le cinéma a désormais été repris par une nouvelle direction
Le cinéma a désormais été repris par une nouvelle direction - Cinéma des Carmes

Orléans, France

On avait presque fini par penser qu'il n'arriverait jamais ! Après quatre renvois, le procès des deux anciens gérants du cinéma des Carmes a enfin pu se tenir jeudi au tribunal d'Orléans. Une audience de près de sept heures, où Boudjemaa Dahmane et Bertrand Mauvy étaient accusés d'abus de bien social et d'usage de faux à hauteur de 900.000 euros.

"Petits arrangements entre amis"

Dans ce procès on a l'impression que les prévenus sont des victimes. D'un côté, il y a Boudjemaa Dahmane, le patron, proche de la retraite et un peu lassé il abandonne le navire. De l'autre, il y a Bertrand Mauvy, qui tombe à pic. D'abord engagé comme conseiller, il devient gestionnaire et se présente comme l'homme providentiel qui va sauver le cinéma. "Il en sera en fait le fossoyeur" dira l'avocate des parties civiles. Ces deux hommes se renvoient donc la balle devant le tribunal, s'accusant l'un l'autre.

Vous avez laissé entrer le loup dans la bergerie" - le procureur à Boudjemaa Dahmane

Sauf que les sommes astronomiques sont là et les faits aussi : des dépenses sans facture, des salaires sans contrat, des loyers impayés, des bilans comptables jamais rendus. Tout cela pour une somme totale de 900.000 euros. "Vous avez laissé le loup entrer dans la bergerie" dit le procureur à Boudjemaa Dahmane. Le tribunal doit désormais trancher, y'a-t-il un loup et une proie et une proie dans cette affaire ? Ou deux coupables qui se satisfaisaient des arrangements de l'autre avec la loi ?

Le Parquet a requis deux ans de prison dont un avec sursis à l'encontre de Bertrand Mauvy. Deux ans de prison dont 18 mois avec sursis à l'encontre de Boudjemaa Dahmane. Le tribunal rendra sa décision le 25 janvier.