Faits divers – Justice

De la prison pour les festayres violents de la féria de Dax

Par Nelly Assenat, France Bleu Gascogne mardi 16 août 2016 à 17:25

Deux policiers ont été agressés par des festayres ivres
Deux policiers ont été agressés par des festayres ivres © Radio France

Cinq affaires étaient jugées ce mardi 16 août, à peine quelques heures après la fin de la féria de Dax. Les juges ont fait preuve de sévérité pour les festayres qui ont été reconnus coupables d'agressions sur un médecin et sur des policiers.

C'était ce mardi 16 août 2016 la fameuse et malheureusement traditionnelle audience correctionnelle des fêtes de Dax. Alors que la féria est à peine terminée, ce sont cinq affaires qui étaient jugées en comparution immédiate. Il s'agit de vols de téléphones portables et de portefeuilles, mais aussi des violences contre des policiers ou un médecin de la part de festayres ivres.

Les sanctions ont été très fermes : de trois à six mois de prison et la plupart des prévenus ont été maintenus en détention.

Des violences sur un médecin et sur des policiers

Un festayre a bénéficié d'une relative clémence. Un  Landais de 29 ans de Saugnac-et-Cambran avait insulté et frappé le personnel des urgences à l'hôpital de Dax. Le médecin avait même reçu un coup de pied en plein thorax. La défense du jeune homme n’a rien d’original : il avait bu et ne se souvient de rien.  Il est condamné à six mois de prison et comme il travaille, le tribunal lui accorde un aménagement de peine.

D'autres fêtards s'en sortent moins bien. 

Un adulte handicapé de Dax de 45 ans est condamné à 3 mois de prison . Alors qu'il avait bu dix litres de bière, il est sorti du fourgon de police en frappant une policière. Un Bordelais sdf de 34 ans, a quant à lui tenté de frapper un policier municipal qui voulait le faire sortir du parcours de la cavalcade. Il écope de quatre mois de prison. A chaque fois, le ministère public a demandé au moins le double, histoire d’illustrer son intransigeance.

Des voleurs de téléphones retrouvés grâce à la géolocalisation

Quatre ressortissants roumains sont aussi partis derrières les verrous pour trois mois et six mois de prison car ils ont volé au moins 13 téléphones portables dans les fêtes et quatre chargeurs que les policiers ont retrouvé dans leur tente grâce à la géolocalisation.

Enfin un pickpocket roumain lui aussi écope de trois mois de prison ferme car il volait des portefeuilles dans la foule.

Partager sur :