Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

De nouveaux éléments dans l'enquête sur le meurtre d'un adolescent à Cherbourg en décembre 2017

dimanche 11 février 2018 à 19:01 Par Frédérick Thiébot, France Bleu Cotentin

Deux mois après le meurtre d'un adolescent de 17 ans à Cherbourg-en-Cotentin, on en sait plus sur les circonstances de la mort du lycéen. Selon nos informations, le meurtrier présumé avait subtilisé les clés de la maison la veille du drame.

La maison où s'est déroulée le drame toujours sous scellés
La maison où s'est déroulée le drame toujours sous scellés © Radio France - Frédérick Thiébot

Cherbourg-Octeville, Cherbourg-en-Cotentin, France

Le mardi 5 décembre 2017, à la veille de la mort d'Emerick, 17 ans, à Cherbourg-en-Cotentin, le meurtrier présumé, un homme âgé de 53 ans, s'était rendu au domicile de son ex-amie, rue Etienne Dollet à Tourlaville (Manche). Depuis plusieurs mois, il ne supportait pas leur séparation. La mère de famille lui redit une nouvelle fois que leur histoire est terminée. L'homme aurait alors proféré des menaces envers son ex-amie et ses enfants. En colère, il se serait tapé la tête contre les murs, aurait fait un malaise nécessitant un passage aux urgences. C'est avant de partir à l'hôpital de Cherbourg qu'il aurait pris les clés de la maison. Ces clés lui auraient donc permis de revenir le lendemain après-midi. 

Une première fois dans la maison face à sa future victime

Le mercredi, en rentrant chez lui, Emerick, l'un des trois enfants de la femme, trouve l'ex-ami de sa maman assis dans le canapé de la maison. Il appelle l'un de ses frères et tous deux réussissent à le mettre à la porte. En partant, l'homme aurait dit "à bientôt". Dans la soirée, la maman qui n'était pas rassurée par les événements, avait demandé à un ami de venir chez elle. Vers 22h30, le lycéen dort dans sa chambre. Au rez-de-chaussée, sa maman et son ami entendent la porte s'ouvrir.

La maison est située rue Etienne Dollée à Tourlaville - Radio France
La maison est située rue Etienne Dollée à Tourlaville © Radio France - Frédérick Thiébot

Les faits vont s'enchaîner très vite

L'homme, armé d'un pistolet, aurait immédiatement tiré sur l'ami en visant l'entre-jambe. Il s'apprêtait à tirer une seconde fois, mais son arme se serait enrayée. La victime prend la fuite pour donner l'alerte sans comprendre qu'il a été touché dans la cuisse. Le tireur tente de le poursuivre. La maman sort à son tour dans la rue et se cache pour appeler les secours. Ne voyant plus ses victimes, l'homme serait remonté dans sa voiture pour retourner dans la maison.

En arrivant, il se trouve dans le salon face à Emerick. L'adolescent a été réveillé par les précédents coups de feu. Il aurait directement tiré plusieurs fois, tuant le lycéen.  Le meurtrier présumé est interpellé quelques minutes plus tard dans la rue.  Il aurait déclaré aux policiers qu'il avait tué le fils de son ami et que c'est un crime passionnel.

La maman qui est au téléphone avec les policiers au moment de l'arrestation est aussitôt rentrée chez elle. Elle a découvert son fils mort dans le salon. A l'issue de sa garde à vue, l'homme a été mis en examen pour assassinat et tentative d'assassinat et écroué. Ce meurtre avait suscité une vive émotion dans le club de football de Tourlaville où le lycéen était joueur et éducateur ainsi qu'au lycée Tocqueville où une marche blanche avait été organisée la veille des obsèques d'Emerick.

Une maison blanche le 19 décembre 2017 organisée par les amis du lycéen - Radio France
Une maison blanche le 19 décembre 2017 organisée par les amis du lycéen © Radio France - Benoît Martin

La maman d'Emerick s'est constituée partie civile, tout comme ses deux autres garçons, le père du lycéen et l'ami blessé par balles. Tous attendent maintenant une reconstitution de cette macabre soirée et voudraient comprendre les motivations du meurtrier présumé. Un homme que les enfants n'avaient jamais considéré comme leur beau-père.