Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jets de projectiles sur la police et feux de poubelles dans le quartier Kimberley à Échirolles

-
Par , France Bleu Isère

Feux d'artifice, projectiles, feux de poubelles, une vingtaine d'habitants du quartier Kimberley à Échirolles (Isère), s'en sont pris aux forces de l'ordre après l'interpellation d'un jeune de 19 ans lundi soir. Il est placé en garde à vue. La polémique touche à présent le terrain politique.

Une patrouille de la BAC a reçu des jets de projectiles ce lundi soir à Echirolles
Une patrouille de la BAC a reçu des jets de projectiles ce lundi soir à Echirolles © Radio France - Florence Gotschaux

Vendredi dernier, c'était dans le quartier Mistral à Grenoble. Dans la nuit de lundi à mardi, c'est dans le quartier Kimberley à Échirolles, dans l'agglomération grenobloise, que les forces de l'ordre ont essuyé des jets de projectiles. Les incidents ont commencé vers 22h30 avenue de Kimberley quand les policiers de la brigade anti-criminalité (BAC), ont reçu des projectiles au cours d'une patrouille. Ils ont interpellé sur place un jeune homme de 19 ans qui s'est débattu et a frappé l'un des policiers aux genoux.

Une trentaine de personnes rassemblées, des feux d'artifice et de poubelles

La nouvelle de cette arrestation s'est répandue dans le quartier et la police a reçu des appels des habitants qui signalaient de tirs de mortiers, des poubelles en feu et un groupe d'une trentaine de personnes regroupées sur place. De nouveau, les forces de l'ordre ont essuyé des jets de projectiles quand ils sont intervenus pour rétablir l'ordre, personne n'a été blessé. Ce mardi matin, le jeune homme interpellé est toujours interrogé par la police dans le cadre de sa garde à vue pour violences sur personne dépositaire de la force publique, rébellion et provocation à la rébellion. 

"Il faut un couvre-feu" dit Alexis Jolly pour le RN, "la situation n'est pas hors de contrôle" lui répond le maire PC Renzo Sulli

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Dans un tweet, le candidat RN (2e du 1er tour avec 19.8%) à la mairie d'Echirolles, Alexis Jolly, demande l’instauration d'un couvre-feu sur la commune. Le maire PC Renzo Sulli (en tête avec 30.4%) lui répond vertement dans un communiqué ce mardi après-midi "Je condamne avec la plus grande fermeté ces événements qui sont, je le répète, le fait d’une petite poignée de délinquants. [...] Par ailleurs, ceux qui continuent à réclamer l’instauration d’un couvre feu, qui serait la solution miracle pour lutter en même temps contre le coronavirus et la délinquance, ont pour unique objectif de faire croire à une situation hors de contrôle sur la commune d’Échirolles. Ce n’est pas le cas. Notre police municipale agit en permanence auprès des Échirolloises et des Échirollois dans cette période inédite de confinement avec aujourd’hui 3706 contrôles effectués. Le faible nombre de contraventions (50 à ce jour) montre bien à quel point nos habitants, loin des clichés que certains souhaitent souhaitent véhiculer, sont respectueux des règles actuelles".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess