Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

De nouvelles caméras après une bagarre de 80 jeunes dans un magasin de Quimper

jeudi 27 septembre 2018 à 4:41 Par Aurélie Lagain et Soisic Pellet, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

La mairie de Quimper et la police annoncent de nouvelles mesures pour ramener le calme au centre ville après la bagarre vendredi qui a opposé 80 jeunes dans le Monoprix. 15 nouvelles caméras de vidéo-surveillance vont être installées.

Caméras (illustration)
Caméras (illustration) © Maxppp -

Quimper, France

"La mairie de Quimper, le maire que je suis, ne doivent pas laisser s'enkyster une situation comme ça.": la colère, de Ludovic Jolivet, l'élu LR de la préfecture du Finistère, après cette bagarre générale entre 80 jeunes vendredi. Une histoire de scooter volé, qui s'est muée en rixe au centre-ville, avant de se terminer en bagarre générale dans le Monoprix. Le magasin a dû fermer deux heures avant l'horaire normal.

Le maire annonce le déploiement de 15 nouvelles caméras de vidéo-surveillance dans le centre ville. "De nouveaux arrêtés anti-regroupement sur le square Jean-Moulin qui permettront aux forces de police d'intervenir", ajoute Valérie Postic, élue en charge de la tranquillité publique.

Mercredi, une quinzaine de policiers a passé la journée sur place. Des rondes et des contrôles très réguliers ont été mis en places depuis plusieurs jours.  "La foule fait un peu peur, il y a un sentiment de pression, d'oppression", estime Nelly Jaunaud-Pirier, patronne des policiers du Finistère. "Essayer d'éliminer des gens qui sont là pour de mauvaises raisons, pour des trafics ou ennuyer les personnes qui passent, pour que cette place soit fréquentée uniquement par des passants, des gens qui attendent le bus. Une fréquentation normale.. "