Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

De nouvelles revendications après les attaques au marteau de Dijon et Chalon-sur-Saône

mardi 7 novembre 2017 à 19:28 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Après les attaques au marteau de Dijon et de Chalon-sur-Saône au mois de septembre, l'étrange groupuscule "Commando de défense du peuple et de la patrie française" a envoyé deux nouveaux messages au Bien Public pour faire des revendications.

© Radio France -

Dijon, France

Personne n'a encore été interpellé après les attaques au marteau à Dijon et à Chalon-sur-Saône qui ont fait plusieurs blessés au mois de septembre. Mais un étrange groupuscule que personne ne connaît continue d'envoyer des message au journal Le Bien Public pour revendiquer ces attaques.

Le "Commando de défense du peuple et de la patrie française" n'a jamais fait parler de lui, ni au niveau local, ni au niveau national. Mais depuis quelques jours, il envoie des messages racistes au Bien Public. Les derniers en date, reçus ce mardi, comportent des menaces de mort à l'encontre de membres de l'association SOS racisme et des demandes de libération pour huit prisonniers. L'un d'entre eux, Logan Alexandre Nisin, originaire de Marseille, a été interpellé au mois de juillet. Il est soupçonné d'avoir préparé des attentats contre des hommes politiques et des mosquées.

Le groupuscule envisagerait même d'agir lors du match DFCO - Troyes si ses demandes ne sont pas satisfaites. Les enquêteurs cherchent à savoir qui sont le ou les auteurs de ces messages. Un véritable groupe idéologique, ou de ( très ) mauvais plaisantins ?