Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Début du dépistage de masse de la drogue au volant dans les Alpes Maritimes

mercredi 26 juillet 2017 à 11:10 Par Violaine Ill, France Bleu Azur et France Bleu

Les gendarmes à Nice ont reçu 800 nouveaux kits de dépistage de stupéfiants dont le cannabis et la cocaïne qui ne nécessitent plus de prise de sang. Il faut s'attendre à de très nombreux PV. Le nombre d'automobilistes conduisant sous l'emprise de stupéfiants serait plus important que pour l'alcool.

test de dépistage de stupéfiants
test de dépistage de stupéfiants © Radio France - France Bleu Azur

Nice, Alpes-Maritimes, France

Y a-t'il beaucoup de conducteurs qui prennent le volant après avoir fumé du cannabis ou consommé des drogues?

Les autorités redoutent qu'ils soient plus nombreux que les conducteurs pris en flagrant délit de taux d'alcoolémie élevé.

Dans les Alpes Maritimes la chasse aux contrevenants va prendre une nouvelle ampleur.

Les 110 gendarmes de l'Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) à Nice sont depuis quelques jours équipés de 800 nouveaux kits de détection salivaire de stupéfiants. Des tests rapides et fiables qui ne nécessitent plus de prise de sang pour un deuxième contrôle.

Si le premier test salivaire est positif, un deuxième test salivaire est envoyé au laboratoire, ce qui fait gagner du temps car auparavant deux gendarmes devaient emmener les personnes à l’hôpital pour une prise de sang de contrôle et cela nous faisait perdre plusieurs heures et bloquait nos hommes, explique le commandant Rozier. Désormais, l'opération de dépistage prend au maximum une demi heure sur place. Dans les alpes Maritimes la chasse aux contrevenants va prendre une nouvelle ampleur. Les contrôles seront plus nombreux.

Ce kit avec un petit prélèvement dans la bouche permet de détecter la consommation de cannabis, cocaïne, opiacés, ecstasy et amphétamines.

Les gendarmes les utilisent dès qu'ils soupçonnent un comportement particulier au volant. "Il n'est pas question de gaspiller les précieux tests qui coûtent plus de 10 euros pièce. Les comportements sont également observés à la loupe : la conduite, la tenue de route, le ralentissement ou la vitesse excessive, les yeux, la vivacité dans les réponses aux questions... Pour les gendarmes certains effets des drogues comme le cannabis et la cocaïne sont très visibles mais pas toutes les drogues notamment pour l'ecstasy" précise le commandant Rouzier en charge de l'EDSR à Nice

Le commandant Rouzier, le directeur de cabinet de la préfecture Jean-Gabriel Delacroy, gendarme Patricia Martin et policier - Radio France
Le commandant Rouzier, le directeur de cabinet de la préfecture Jean-Gabriel Delacroy, gendarme Patricia Martin et policier © Radio France - France Bleu Azur

Il y aurait plus d'automobilistes qui conduisent sous l'emprise de drogues que sous l'emprise d'alcool mais les sanctions sont également importantes. Immédiatement le retrait pour 72 heures du permis de conduire, puis en cas de confirmation du laboratoire une convocation au tribunal et suivant les circonstances les peines vont d'un possible retrait de permis de 6 mois, 6 points en moins sans oublier l'amende voire la confiscation du véhicule.

Les autorités s'inquiètent de la recrudescence des accidents graves.

Juillet 2017 a été le mois le plus meurtrier sur les routes des Alpes Maritimes depuis 2009 avec 8 décès depuis le début du mois.

On compte 813 personnes accidentées depuis le début de l'année 2017 et 36 tuées explique Jean-Gabriel Delacroy le directeur de cabinet de la préfecture des Alpes maritimes. Un nombre de morts en augmentation de 44% soit 10 de plus que l'année précédente.

Le nombre d'accidents en deux roues est particulièrement en hausse surtout pour les scooters dans le département avec des différences de types d'accidents entre le littoral et l'arrière pays précise Jérôme Bordy en charge de la sécurité routière. En agglomération sur le littoral les blessures sont particulièrement graves lorsque les conducteurs ne portent pas d'équipements adaptés et roulent en short, tee shirt et sans gant.