Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Décès au commissariat de Saint-Malo : les causes de la mort du jeune homme encore inconnues

mercredi 13 février 2019 à 12:06 Par Lisa Guyenne, France Bleu Armorique

Les causes du décès du jeune homme mort en garde-à-vue, samedi soir dans sa cellule au commissariat de Saint-Malo, ne seront pas connues avant plusieurs semaines. En cause, des analyses poussées qui prennent du temps.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

Saint-Malo, France

Outre les analyses toxicologiques (médicaments, drogue), le parquet de Saint-Malo a demandé une anatomopathologie, c'est-à-dire un examen des organes de la victime (cœur, poumons, cerveau) afin de déterminer les causes précises de la mort. Ces analyses peuvent prendre "des semaines, voire des mois", prévient-on au parquet.

Il avait été déclaré "apte" au régime de la garde-à-vue

Dans la nuit de samedi à dimanche 10 février, ce Fougerais de 20 ans était placé en garde-à-vue par la police, après avoir embourbé sa voiture suite à une mauvaise manœuvre. Il sortait d'un tournoi de billard à Saint-Malo. Il avait 1,80 gramme d'alcool dans le sang lorsqu'il a soufflé au moment de son arrestation. Quelques heures plus tard, les policiers l'avaient retrouvé inconscient dans sa cellule. Son décès était prononcé peu après minuit. 

Le jeune homme avait pourtant été examiné par un médecin, comme le veut la procédure, qui l'avait déclaré apte à demeurer en garde-à-vue. Les circonstances de son décès sont donc toujours floues. 

Aucune trace de coups sur le corps de la victime

Selon le parquet malouin, la mauvaise manœuvre que le jeune homme a effectuée avec sa voiture était sans gravité - "pas de trace de choc violent sur le véhicule" et l'éventualité de violences policières serait à exclure, "le corps ne portant aucune trace de coups". Le père de la victime, qui a été placé lui aussi en garde-à-vue le même soir, a porté plainte pour "mort suspecte" lundi 11 février. L'IGPN, la "police des polices", a été saisie.