Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Décès d’une femme enceinte après un appel au SAMU : la direction du service de Saint-Étienne dément

jeudi 17 mai 2018 à 6:05 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Sur France Bleu, la direction du SAMU 42 dément la version des proches d’une patiente décédée en mars. La famille menace de porter plainte après la mort de cette femme enceinte. Selon le Dr Giraud : "les parallèles avec l'affaire Naomi sont un peu hâtifs"

Le docteur François Giraud, médecin reponsable du SAMU de la Loire
Le docteur François Giraud, médecin reponsable du SAMU de la Loire © Radio France - Jeanne-Marie Marco

Saint-Étienne, France

Le CHU de Saint-Étienne monte au créneau et le fait savoir à France Bleu Saint-Étienne Loire.  La direction du SAMU dément les accusations d'une famille touchée par le décès d’une femme enceinte de six mois. 

Une enquête interne a d’ores et déjà été diligentée puisque selon l'établissement "ces accusations ne correspondent pas à la réalité des enregistrements" écoutés à plusieurs reprises. Le SAMU veut rester très prudent et ne pas en dire plus au nom du secret médical. 

Le CHU qui confirme également avoir reçu la famille pendant deux heures mardi. La direction a d’ailleurs permis aux proches de la victime d’avoir accès au dossier. Les responsables du centre hospitalier se disent donc"surpris " par la démarche de communication de la famille.

Les proches de la victime qui ont fait savoir à la presse qu’ils comptaient porter plainte contre le SAMU ce jeudi 17 mai.  Une affaire qui a évidemment une résonance particulière dans le contexte du cas de Naomi, morte à Strasbourg en décembre dernier. 

Le Docteur Giraud, médecin responsable du SAMU, était dans le studio de  France Bleu Saint-Etienne à 7h30 ce jeudi 17 mai pour revenir sur ce dossier.

Il  répond aux questions de Jeanne Marie Marco.   

"Ma première réaction est qu'on ne peut pas rester indifférent à un tel drame"

Question  : elle rappelle forcement l'affaire Naomi a Strasbourg 

L’enregistrement de ces appels a été écoute a plusieurs reprises, la famille a été rencontrée récemment, ça date d’il y a deux jours, deux médecins du service dont moi et la direction générale de façon à leur remettre ces enregistrements et à les analyser avec eux  Je pense que les parallèles avec l’affaire Naomi  sont un peu hâtifs et je suis gentil quand le dis hâtifs

On est à deux doigts de la malveillance, comme c’est dit dans le progrès hier, que les symptômes d’un malaise cardiaque étaient évidents au premier appel, c’est loin d’être le cas. Je ne peux pas bien entendu me libérer du secret médical pour vous livrer le contenu de ces enregistrements, mais je peux vous dire que les éléments décrits dans l’article n’y sont pas.

Le Dr François Giraud, médecin responsable du SAMU 42, en direct ce matin sur France Bleu

Question :  Donc l operateur du Samu a bien fait de renvoyer vers SOS médecin ou le généraliste ? 

Il ne s’agit pas d’un opérateur du  Samu mais bien d’un médecin, même si il est dit dans les deux articles publiés sur le net hier, qu’il s’agit d’un opérateur, c’est une confusion. Ce sont des amalgames qui portent préjudice à la profession  

Question : donc ce médecin a-t-il pris la bonne décision quand il a reçu cet appel ? 

Il ne m’appartient pas de juger, il a pris une décision médicale, après une réflexion médicale, c’est un acte médical personnel, si il y a une plainte portée, il y aura une évaluation de ça. En tout cas moi ce que je peux vous dire c’est qu’il n’y a aucun disfonctionnement organisationnel et de la structure du centre 15. Un opérateur qui prend l’appel , il l’analyse, il l’oriente vers un médecin ;  le médecin fait son interrogatoire il prend une décision , la décision est appliquée dans les meilleurs délais, il n y a aucun retard, il y a un appel du médecin  sur place qui demande  une équipe Samu qui est envoyée sur place avant même la régulation comme c’est fait … contrairement à ce qui est dit dans le deuxième article , dans les meilleurs délais également, puisque le départ est un départ reflexe en cas d’arrêt cardiaque. Donc il n’y a pas d’arrêt cardiaque sur le premier appel et quand il y en a un sur le deuxième, le départ est effectué. 

Question : Est-ce que vous pensez que l’affaire Naomi à Strasbourg a pu influencer cette famille ligérienne ? 

Non je ne pense pas qu’elle ait pu être influencée, la presse oui, ça c’est certain, il y a exploitation  de cette affaire 

Question : C’est quand même la famille qui interpelle le Progrès ?

Il lui appartient de porter plainte je n’ai pas en juger, en revanche j’ai à juger du traitement qui en a été fait par la presse et là c’est fort préjudiciable pour un service qui reçoit plus de témoignages  de sympathie que d’attaques au quotidien