Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : la fin du cinéma en amoureux ?

-
Par , France Bleu Occitanie

Comme tous les lieux publics, les cinémas vont s'adapter, quand leur réouverture sera autorisée. Dans les salles, des sièges seront condamnés, mais aller voir un film en amoureux, main dans la main, sera peut-être toujours possible...

Une salle de cinéma (illustration)
Une salle de cinéma (illustration) © Radio France - Nina Valette

Personne ne sait encore quand les salles de cinéma pourront rouvrir. Elles sont fermées depuis la mi-mars, avec l’interdiction des rassemblements, pour éviter la propagation du Coronavirus. Mais quand il sera de nouveau possible de voir un film, forcément, il y aura du changement, comme dans l’ensemble des lieux publics. Les exploitants de salles, notamment les indépendants, vont tâcher de limiter les contacts entre personnes au maximum.

Il y a d'abord un geste, qui va certainement disparaître : le découpage du ticket à l’entrée de la salle. Il n'est pas indispensable, et on va peut-être le supprimer pour éviter un contact entre clients et employés.

A l’intérieur de la salle, certains fauteuils seront condamnés. Un sur deux, avec un plan en quadrillage, pour créer de l’espace entre spectateurs. Il y aura au minimum un siège entre vous et votre premier voisin.

Les couples séparés par un fauteuil ?

Mais alors, est-ce la fin du ciné en amoureux ? Pas si sûr... Les cinémas promettent d'essayer de s’adapter aux couples ou aux familles, pour leur permettre de voir le film ensemble, à condition qu'ils vivent déjà ensemble.

"Ce sont des ajustements que nous verrons au fur et à mesure" explique Thomas Miquel, le directeur adjoint du cinéma indépendant Le Régent, à Saint-Gaudens (Haute-Garonne). "Mais ce n'est pas totalement perdu pour les amoureux ! On va réussir à trouver quelque chose, j'espère, pour profiter de deux heures de film, à côté, en se tenant la main. Mais à condition de vivre ensemble !"

On va réussir à trouver quelque chose, j'espère, pour profiter de deux heures de film, à côté, en se tenant la main

Le professionnel commingeois précise : "séparer les fauteuils, OK. Mais un couple qui vient, qui vit à la maison à deux, il n'y a pas de raison qu'il se sépare dans la salle. (...) Une famille de quatre personnes, à la maison, ils ont fait le confinement ensemble. Donc au cinéma, peut-être qu'on peut les laisser à côté. C'est étrange qu'ils mangent à côté ou dorment dans le même lit, mais qu'ils ne soient pas à côté au cinéma".

Thomas Miquel : "ce n'est pas totalement perdu pour les amoureux !"

Faire revenir le public

Mais pas sûr que les cinéphiles se ruent tout de suite dans les salles. Question sanitaire d’abord, mais aussi question de programmation. Beaucoup de sorties ont été décalées à l’automne, notamment le nouveau James Bond. Le genre de films locomotives qui attirent le public. Les indépendants se disent donc que financièrement ils doivent tenir jusqu’en octobre, pour se relancer, avec l’espoir de retrouver des salles pleines, ou seulement un fauteuil sur deux, si la distanciation sociale tient toujours le premier rôle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess