Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : les réactions en Dordogne aux annonces d'Edouard Philippe

-
Par , France Bleu Périgord

Le premier ministre a annoncé son plan de déconfinement devant une partie des députés à l'Assemblée Nationale. Écoles, transports, travail, masques, tests : Édouard Philippe a listé toute une série de mesures pour réussir au mieux la sortie du confinement dès le 11 mai. Les réactions en Dordogne.

Discours du Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée Nationale sur le plan de sortie du confinement et la lutte contre le Covid-19, le 28 avril 2020
Discours du Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée Nationale sur le plan de sortie du confinement et la lutte contre le Covid-19, le 28 avril 2020 © Radio France - Clément Lhuillier

Après les annonces d’Édouard Philippe, France Bleu Périgord fait le tour des réactions en Dordogne. 

La réouverture des écoles et des collèges

Le sujet qui concentre les plus vives critiques est la question du retour à l'école dès le 11 mai. Édouard Philippe a annoncé que la réouverture des maternelles et des primaires se fera de manière progressive sur la base du volontariat. Les collèges rouvriront dès le 18 mai mais seulement dans les départements où la circulation du virus est faible. Mais pour Elodie Lagarde, secrétaire départementale du syndicat FSU Dordogne cette décision n'est pas sérieuse : "Le conseil scientifique demandait un report de la rentrée en septembre" explique-t-elle. Elle pointe aussi un manque de clarté : "On ne saura finalement que le 7 mai [quels sont les départements où le déconfinement sera appliqué largement] soit quatre jours avant la reprise. Il nous dit qu'il faut reprendre pour des questions pédagogiques mais pourquoi on ne reprend pas pour les 4èmes et 3èmes ? On aimerait un peu plus d’honnêteté : il faut reprendre car il faut permettre aux gens de retravailler. Dans ce cas là il faut le dire clairement."

La réaction d'Elodie Lagarde, secrétaire départementale du syndicat FSU Dordogne

Les transports scolaires

Lors de son discours, le premier ministre a évoqué la situation dans les transports scolaires après le 11 mai. Il a annoncé la neutralisation d'un siège sur deux dans les cars "C'est possible dans la mesure où le système ne tourne pas à plein régime" estime Christophe Cathus, conseiller régional bergeracois chargé des liaisons routières au Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine. C'est la région qui est l'autorité organisatrice des transports scolaires.  Il poursuit : "S'il y a tous les enfants inscrits, ce n'est pas possible. Mais le fait que tous les parents ne mettent pas tous leurs enfants à l'école, on va regarder si on peut mettre en place ce système d'un siège sur deux".

Il y a sans doute des circuits où ça ne sera pas évident. Il faut que l'on regarde cela de près - Christophe Cathus.

La réaction de Christophe Cathus, conseiller régional bergeracois chargé des liaisons routières.

Les entreprises en Dordogne

Édouard Philippe a également précisé qu'elle devra être la situation dans les entreprises : maintien du télétravail partout où cela est possible, mise en place d'horaires décalés et port du masque obligatoire. Des mesures déjà appliquées chez Polyrey au Couze et Saint Front près de Bergerac. Cela ne va donc rien changer pour les 500 salariés de l'entreprise de Jean-Louis André : "On a redéfini les horaires d'embauche décalés, on a défini le port du masque obligatoire, les mesures barrières. Tout ce travail, nos équipes le fait depuis plus d'un mois" précise t-il. "Ce sont des mesures tenables sur le long terme mais tout dépend du comportement individuel". 

Tout ne se fait pas par télétravail, mais pour l'instant cela fonctionne. - Jean-Louis André

La réaction de Jean-Louis André, directeur général de Polyrey

Choix de la station

À venir dansDanssecondess