Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Défenestration de Sarlat : une peine de 25 ans de réclusion criminelle requise contre le principal accusé

-
Par , France Bleu Périgord

L'avocate générale a requis 25 ans de réclusion criminelle contre Mohamed Ouis, le principal accusé dans l'affaire de la défenestration de Sarlat. Et 2 ans de prison ferme contre les deux autres accusés, poursuivis pour complicité dans la mort d'Amara, une femme de 38 ans morte en juillet 2017

L'avocate générale Odile de Fritsch
L'avocate générale Odile de Fritsch © Radio France - France Bleu Périgord

C’est ce vendredi soir que l’on connaîtra le verdict dans l’affaire de la défenestration de Sarlat. La cour d’assises doit se prononcer. Ce procès, c’est l’histoire   tragiqued’une jeune femme, Amara, 38 ans à l’époque des faits qui était morte après s’être défenestrée du 3e étage d’un immeuble de Sarlat le 20 juillet 2017 sur fond de dette de drogue et de scène de menace verbale et physique.

Trois accusés comparaissent depuis lundi pour tentative d’extorsion avec violence ayant entraîné la mort et complicité. Mohamed Ouis, le dealer de 39 ans, considéré comme le principal accusé, et l’ex couple locataire de l’appartement Audrey Gende et Jérémy Malfois, accusé d'avoir encouragé la victime, Amara, à monter dans l'appartement où l'attendait Mohamed Ouis.

La salle des pas perdus du palais de justice de Périgueux - illustration
La salle des pas perdus du palais de justice de Périgueux - illustration © Radio France - France Bleu Périgord

Ce jeudi, l’avocate générale a requis 25 ans de réclusion criminelle contre le principal accusé Mohamed Ouis, accusé de tentative d'extorsion avec violence ayant entraîné la mort. Et cela avec une peine de sûreté de moitié (environ 12 ans). Odile de Fritsch a aussi demandé une interdiction de port d'arme et surtout une privation définitive de territoire français une fois sa peine accomplie (car l'accusé est de nationalité algérienne). 

L'avocate générale a aussi demandé 2 ans de prison ferme et 3 avec sursis (avec obligation de soins) contre Jérémy Malfois, le locataire de l'appartement où ont eu lieu les faits. Et 2 ans de prison ferme et 3 avec sursis également pour son ex compagne, Audrey Gende.

Car cette histoire, c'est celle d'une "spirale infernale" estime Odile de Fritsch orchestrée par un homme : Mohamed Ouis. Un individu "sans morale, sans scrupule, qui vit comme un parasite dans la société"… dit-elle pour décrire l’accusé. Un homme dépeint par la magistrate comme sans empathie, indifférent à la souffrance des autres. Un homme violent à qui la victime doit 6000 euros de drogue et qui va "se sentir tout puissant grâce à cette dette jusqu’à la pousser à avoir des relations sexuelles avec elle pour le dédommager" selon l'avocate générale. 

« Arrêtez d’inventer des mensonges… vous voulez me salir » hurle alors l’accusé dans son box, interrompant le réquisitoire avant d’être évacué immédiatement de la salle sur ordre du président. Voilà pour l’accusé principal accusé d’être la cause même du décès de la victime. Quant à Audrey Gendé, et Jérémy Malfois, « sans la présence rassurante de ce couple, Amara ne serait pas montée dans l'appartement » juge l’avocate générale qui estime que les deux ex compagnons savaient pertinemment qu’une scène de violence allait suivre  parlant même "d’une communion d’action totale" avec Mohamed Ouis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess