Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dégradations de commerces par des vegans : six interpellations à Lille, une femme sera jugée

mercredi 12 septembre 2018 à 17:11 Par La rédaction de France Bleu Nord, France Bleu Nord et France Bleu

Six personnes ont été interpellées et placées en garde à vue lundi et mardi à Lille après les dégradations de plusieurs commerces de viande et de poisson ces derniers mois. Une femme de 21 ans sera jugée prochainement.

La vitrine détériorée de la boucherie l'Esquermoise dans le vieux Lille
La vitrine détériorée de la boucherie l'Esquermoise dans le vieux Lille © Maxppp - Antoine Placer

Lille, France

Six militants de la cause animale ont été interpellées lundi et mardi à la suite de plusieurs dégradations de commerces de viande et de poisson ces derniers mois. Une femme de 21 ans a été présentée au parquet de Lille et sera jugée prochainement. 

Depuis le mois de mai dernier, plusieurs boucheries, poissonneries, restaurants de viande, ont été visés par des actes de vandalisme, des dégradations et des tags. 

Faux sang et vitrines brisées

Lors des premières actions, au printemps, plusieurs commerces avaient été aspergés de faux sang, et à partir de la mi-mai, des actions plus violentes ont eu lieu : des vitrines brisées, accompagnées de tags "stop au spécisme", c'est à dire le fait de considérer l'homme supérieur à l'animal.  

Après enquête de la sûreté urbaine de Lille, six personnes ont donc été interpellées cette semaine, dans le cadre de trois actes de vandalisme : sur une boucherie du Vieux Lille, une poissonnerie, et un restaurant du centre-ville, faisant partie d'une chaîne spécialisée dans la viande de canard.  

Une activiste confondue par des traces ADN

Tout au long de leur garde à vue, les suspects ont souhaité garder le silence, mais les enquêteurs ont considéré que les charges qui pesaient sur une femme de 21 ans étaient suffisantes. Il s'agirait de traces ADN et de résultats d'écoutes téléphoniques. 

La jeune femme a donc été déférée au parquet de Lille, qui a choisi une procédure simplifiée : une convocation par procès verbal. Elle sera jugée le 14 décembre devant le tribunal correctionnel, pour dégradations volontaires en réunion.