Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Dégradation de l'orgue de la basilique de Saint-Denis : un homme en garde à vue

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un homme soupçonné d'avoir dégradé l'orgue de la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été placé en garde à vue jeudi. Il a été confondu par son ADN, indique une source proche de l'enquête.

Basilique Saint-Denis
Basilique Saint-Denis © Maxppp - Eleonore Le Tannou

Saint-Denis, France

Une homme de 41 ans a été mis en garde à vue jeudi. Il est soupçonné d'avoir endommagé l'orgue de la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) qui reçoit 130.000 visiteurs par an. Une source proche de l'enquête indique qu'il a été trahi par son ADN. Pour l'instant le mobile est "complètement flou", précise cette même source.

L'orgue, de l'édifice qui abrite la nécropole des rois de France, avait été dégradé début mars 2019. Rien n'avait été volé. Aucune inscription ni tag n'avaient été retrouvés dans la basilique.

Une enquête avait été ouverte pour "dégradation de biens publics" et confiée au commissariat de Saint-Denis. Deux vitraux datant du 19e siècle ont aussi été cassés.

Près de 50.000 euros de dégradations

L'orgue a été réparé. La facture de 10.000 euros a été payée par l'Etat, propriétaire du monument.   

Les vitraux "ne pourront pas totalement être récupérés", a indiqué la conservatrice de la basilique, Saadia Tamelikecht. Leur restauration est prévue pour 2020 et le préjudice est estimé à 40.000 euros. 

Réactions d'élus  

"Insupportable dégradation", avait tweeté Stéphane Troussel, président PS du département. "Condamnons avec une extrême sévérité ceux qui s'en prennent ainsi à des lieux de culte et à notre patrimoine historique et culturel".  

"Tous les jours ce sont au moins deux églises qui sont profanées en France", a aussi tweeté la députée LR, Valérie Boyer, appelant le gouvernement à "agir et punir ces actes anti-chrétiens".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu