Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dégradations à Roybon en Isère : début de l'enquête, la classe politique scandalisée

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu Drôme Ardèche

Les images de ces vitrines explosées, de ces fenêtres éclatées ont de quoi choquer. Qui peut avoir réellement envie de saccager commerces, administrations publiques et maisons de particuliers comme ça a été le cas à Roybon, en Isère, dans la nuit du mercredi au jeudi 3 décembre ? Réactions.

Dégradations à Roybon
Dégradations à Roybon © Radio France - Gérard Fourgeaud

La ville de Roybon (Isère) avait pris l'habitude d'être dans les médias et au cœur de la polémique ces dernières années. L'occupation d'un site naturel, la forêt de Chambaran, promis au spécialiste du tourisme Pierre & Vacances avait dressé les "Pour" et les "Contre" comme dans de nombreuses situations de ce genre.

Jusque-là, pas de lien avéré avec la ZAD

Las, le groupe Pierre & Vacances, constatant l'impossibilité de mener à bien son projet avait décidé de l'abandonner au début de l'été 2020. On se disait que l'histoire s'arrêterait là. L'évacuation de la ZAD s'était même faite dans le calme à l'automne

"Vêtus de noir"

Rien ne laissait penser sur place qu'on reparlerait de Roybon aussi rapidement. Surtout pas pour... le genre de déchaînement de violences constaté dans la nuit de mercredi à jeudi. Ce soir, le procureur de la république de Grenoble, Éric Vaillant, confirme qu'une dizaine d'établissements ont été touchés. Que les premiers éléments de témoignages recueillis sur place parlent bien de "plusieurs individus vêtus de noir" qui ont également tenté d'incendier des véhicules et un bar-restaurant. 

Pas de revendication à ce stade

Rien de plus pour le moment, la brigade de recherche de gendarmerie de Saint-Marcellin est en charge de l'enquête. "Pour l'instant le mobile reste inconnu et aucune revendication ne nous est parvenue" précise encore Éric Vaillant.

Les vandales s'en sont pris à une dizaine de commerces et de bâtiments, ici une pharmacie
Les vandales s'en sont pris à une dizaine de commerces et de bâtiments, ici une pharmacie © Radio France - Gérard Fourgeaud

Réaction de Jean-Pierre Barbier, le président du département de l'Isère

''Les actes de vandalisme contre des commerces et des lieux publics de Roybon qui ont eu lieu cette nuit sont absolument inadmissibles. Ils visent une commune qui a déjà beaucoup souffert, après avoir vu se fermer la porte du projet de Center Parcs qu’elle espérait et attendait pour redynamiser son territoire. Ces actes que je condamne avec la plus grande fermeté constituent non seulement une atteinte matérielle mais ils sont aussi une atteinte à toutes les Roybonnaises et tous les Roybonnais. C’est tout Roybon qui est agressé et visé par de tels actes. Aussi, j’assure tous les élus municipaux et tous les habitants du soutien du Département''.

Réaction de Frédérique Puissat, sénatrice de l'Isère

''Les actes commis cette nuit sur la commune de Roybon frappent d’autant plus que cette commune vient de subir une pression inadmissible et disproportionnée de la part de groupuscules occupants depuis 2014 de façon illicite une ''Zone à défendre''. Les dégradations commises dans la nuit de mercredi à jeudi doivent donner lieu à une enquête et à des sanctions. Nous faisons dans ce cadre confiance aux forces de l’ordre''.

Réaction de Monique Limon, députée de l'Isère

"Chacune et chacun d’entre eux ont d’ores et déjà suffisamment souffert de la présence d’une zone de non-droit dans les Chambarans. Les roybonnais ont naturellement le droit de retrouver une vie sereine et tranquille après les troubles passés dont ils ont été les premières victimes. Les conclusions de l’enquête de gendarmerie devront nous permettre de cerner les motivations réelles qui ont conduit à ce saccage ordonné de la ville par une poignée de vandales. [Monique Limon] partage l ’émotion suscitée par ces actes. Aucun motif ne saurait justifier de tels faits".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess