Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dégradations sur le sentier "chemins et dolmens" en Ardèche : le maire de Chandolas, écoeuré, porte plainte

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Des panneaux installés sur le belvédère du Bourbouillet à Chandolas (Ardèche) ont été tagués à la peinture noire entre le 27 et le 29 mars. Ils avaient été mis en place il y a moins d'un an.

Les dégradations constatées au belvédère du Bourbouillet à Chandolas (Ardèche)
Les dégradations constatées au belvédère du Bourbouillet à Chandolas (Ardèche) - Sonia Stocchetti, chargée de mission "chemins et dolmens"

Chandolas, France

En quelques traits de peinture noire, un ou des vandales ont ruiné quatre panneaux d'interprétation mis en place sur le belvédère du Bourbouillet. Ce point de vue donne sur un ensemble de dolmens et son aménagement devait profiter, entre autres, aux personnes en situation de handicap pour lesquelles le sentier des dolmens n'est pas facilement accessible. 

Le maire de Chandolas estime les dégâts à plus de 5000 euros, "de l'argent public" souligne t'il. Alain Mahey est écoeuré : "dégoûté. On est dans un site naturel. On a fait au mieux pour intégrer le belvédère et la signalétique à ce site naturel. Et finalement, un imbécile, en quelques secondes, a tout saccagé. C'est vraiment regrettable." 

5 000 euros d'argent public

Alain Mahey a porté plainte auprès de la gendarmerie. Le ou les auteurs n'ont pas laissé de revendication particulière, hormis un "stop" lisible au milieu d'un graffiti. "Mais qu'est ce que ça veut dire? Personne ne le sait. Stop à quoi?" s'interroge le maire de Chandolas : "en général, les tags, on dit que ce sont des jeunes, mais là, on ne sait pas. Cela peut être un riverain, ou quelqu'un qui s'oppose à la mise en valeur des dolmens, ou un propriétaire terrien qui ne veut pas qu'on aille se promener par là. Il peut y avoir plusieurs pistes. On attend impatiemment les résultats de l'enquête." 

Les élus vont voir avec l'entreprise qui leur a fabriqué les panneaux s'il existe un produit pour nettoyer la peinture sans endommager le reste ou si il faut complètement remplacer ces panneaux.