Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Délinquance en Côte-d'Or en 2018 : moins de cambriolages mais plus de violences aux personnes

mardi 29 janvier 2019 à 18:04 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

En 2018, le, nombre de cambriolages a baissé en Côte-d'Or. Dans le même temps, les violences physiques aux personnes ont augmenté de 9 % en zone police et de 7 % en zone gendarmerie. Enfin, si le nombre d'accidents est en hausse, le nombre de tués sur les routes de Côte-d'Or a baissé l'an passé.

Les violences à personnes ont augmenté en 2018  en Côte-d'Or de 7 % en zone gendarmerie
Les violences à personnes ont augmenté en 2018 en Côte-d'Or de 7 % en zone gendarmerie © Maxppp -

Dijon, France

On connaît les chiffres de la délinquance et de la sécurité routière en Côte-d'Or pour l'année 2018. Si on note une baisse du nombre des cambriolages que ce soit en zone police (-6%) ou en zone gendarmerie (-5%), en revanche le nombre de violences aux personnes a fortement progressé. 

Ainsi les violences sexuelles sont en hausse de 23 % en ZPN et de 28 % en ZGN. De même, les violences intra-familiales (1/3 des violences volontaires en zone police) augmentent de 5% en zone gendarmerie. 

"C'est la raison pour laquelle, nous avons mis en place ce mardi matin, une brigade de protection de la famille," indique le général Thierry Cailloz, commandant du groupement de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté. "Le but est de prévenir, les violences intra-familiales, soit près de 800 interventions chaque année de la part des gendarmes," ajoute le commandant.  

"Le tribunal de Dijon va servir d'expérimentation des TIG (travail d'intérêt général)" - Eric Mathais, procureur de la République de Dijon 

Pour répondre à ces délits, la justice ne reste pas immobile. Si le nombre d'affaires reçues au parquet reste stable en 2018, en revanche le nombre de comparutions immédiates est en hausse (+18 %). "C'est pour donner une réponse pénale rapide et efficace," note Eric Mathais, le procureur de la République de Dijon. 

Dans le même ordre d'idée, la composition pénale, c'est à dire une condamnation sans passer par le tribunal, a augmenté de 71 %," fait remarquer le procureur. "Cela permet de désengorger les tribunaux. A ce titre, Dijon va faire partie en 2019 des villes où l'on va mener une expérimentation sur les TIG (travail d'intérêt général)" conclu Eric Mathais. 

De gauche à droite, Jean-Claude Dunand, le Directeur de la sécurité publique, Thierry Cailloz, le commandant de gendarmerie, Bernard Schmeltz, préfet de Côte-d'Or  et Eric Mathais, procureur  - Radio France
De gauche à droite, Jean-Claude Dunand, le Directeur de la sécurité publique, Thierry Cailloz, le commandant de gendarmerie, Bernard Schmeltz, préfet de Côte-d'Or et Eric Mathais, procureur © Radio France - Stéphane Parry

L'autre volet de la conférence de presse organisés dans les salons de la préfecture de Côte-d'Or concernait le bilan de la sécurité routière. "Un bilan nuancé," note Bernard Schmeltz, le préfet de Côte-d'Or. 

En effet, si le nombre de tués est en baisse de 5 % en 2018 sur les routes de Côte-d'Or (30 tués contre 35 en 2017), le nombre d'accidents corporels est en augmentation de 14 % (229 accidents contre 201 en 2017) et surtout le nombre de blessés est lui aussi en hausse de 18 % (289 blessés contre 245 en 2017).