Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux supporters du Nîmes Olympique placés sous contrôle judiciaire après les incidents du match contre l'OM

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gard Lozère

Ils comparaîtront le 9 juin prochain devant le tribunal correctionnel de Nîmes.

Le stade des Costières (illustration)
Le stade des Costières (illustration) © Radio France - Hervé Sallafranque

Deux supporters du Nîmes Olympique ont été déférés ce mardi après-midi devant la justice après les incidents en marge du match contre l'OM vendredi 28 février au Stade des Costières. L'un d'entre eux, âgé de 21 ans, est poursuivi pour incitation à la violence dans une enceinte sportive. Baptiste, c'est son prénom, a été placé sous contrôle judiciaire. Il est également interdit de stade des Costières ainsi que de tout match de ligue 1 ou de ligue 2 jusqu'à la date de son procès prévue le 9 juin prochain. Il lui est reproché d'être à l'origine du passage en force de certains spectateurs  côté pesage est, alors que la fouille des spectateurs s'éternisait. 

Pas de détention provisoire

Le second supporter, âgé de 33 ans, doit lui répondre de violences sur un représentant des forces de l'ordre.  Il est suspecté d'avoir porté des coups à un policier pendant la bousculade  Le parquet de Nîmes avait requis pour lui un placement en détention provisoire mais le juge des libertés a finalement opté  là encore pour le contrôle judiciaire. Le trentenaire comparaîtra lui aussi le 9 juin prochain devant le tribunal correctionnel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu