Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : ''Pourquoi ne pas démonter les fauteuils dans les bus pour limiter l'accès''

-
Par , France Bleu Hérault

Le syndicat FO va proposer ce jeudi à la Direction des transports en commun de Montpellier une série de mesures pour la sécurité des conducteurs de bus et tramway et celle des passagers : gel hydroalcoolique dans les véhicules, recrutement d'agents pour la pédagogie, mais aussi un marquage au sol.

Un film protecteur mis en place dans les bus pour protéger les conducteurs à Montpellier
Un film protecteur mis en place dans les bus pour protéger les conducteurs à Montpellier - Force Ouvriére

Le port du masque sera donc obligatoire dans les transports en commun à partir du 11 mai pour les conducteurs et les passagers. C'est l'une des mesures du plan déconfinement annoncé ce mardi à l'Assemblée nationale par Edouard Philippe. Il faudra aussi respecter la distanciation entre chaque passager dans les bus, tramway et métro.

Les gestionnaires des transports devront aussi être attentif aux flux. Un vrai casse-tête pour les transporteurs. ''Il en va pourtant de la sécurité de tous'' a martelé le Premier ministre ''nous allons devoir vivre avec le virus tant que nous n'aurons pas de vaccin''.  

À Montpellier, le chef du gouvernement n'a pas vraiment convaincu le représentant FO du réseau des Transports de l'agglomération de Montpellier, pour qui, il faut aller bien plus loin pour la sécurité de tous.

"Il faut un maximum de trafic. Ce n'est pas le cas actuellement".

"Nous avons un service limité depuis le début du confinement. Seulement 40 % des lignes sont assurées.  Aujourd'hui, seulement  170 conducteurs assurent quotidiennement le service. Pour un service minimum, il faudrait 330 chauffeurs par jour".

Laurent Murcia, le représentant (FO) souhaite que la direction de la TAM aille encore bien plus loin. Le syndicat majoritaire participe ce jeudi matin à un Comité Social et Economique (CSE) consacré à cette reprise.

''Depuis le début nous demandons à avoir la plus grosse offre possible. Plus l'offre est importante et plus les usagers et les conducteurs seront en sécurité''

Le représentant de ce syndicat majoritaire dans l'entreprise réclame aussi un marquage au sol aux arrêts de bus et tramway pour maintenir un espace et organiser un flux d'usager (montée et descente). 

"Il est nécessaire de mettre en place un fléchage  au sol pour éviter que les usagers ne se croisent".

Force Ouvrière souhaite par ailleurs du gel hydroalcoolique dans tous les véhicules, et pourquoi ne pas démonter les sièges non-utilisés  dans les bus pour éviter la tentation de monter et d'occuper des sièges vides. Enfin, Laurent Murcia, souhaite le recrutement d'agents sur toutes les stations pour faire de la pédagogie : informer les usagers du port de masques obligatoire, les gestes barrières.

"Nous allons demander au service technique si c'est envisageable d'enlever les sièges. Nous ferons ensuite cette proposition. Vous savez, les pancartes que nous mettons sur les sièges pour faire respecter les distances sont enlevées". 

La TAM emploie 1.150 salariés dont 680 conducteurs d’après Force Ouvrière. Depuis le début du confinement, les contrôleurs sont tous au chômage technique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess