Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dépannage à domicile : toujours des abus selon la CLCV

jeudi 2 novembre 2017 à 19:00 Par Mélodie Pépin, France Bleu

L’association de consommateurs CLCV dénonce, dans une enquête publiée fin octobre, le manque d’information sur les prix des dépannages et les arnaques toujours en cours. Elle réclame des contrôles renforcés.

Les abus dans le dépannage à domicile sont le premier motif de plainte à la répression des fraudes.
Les abus dans le dépannage à domicile sont le premier motif de plainte à la répression des fraudes. © Maxppp - Lartigue Stephane

Serrure bloquée, évier qui fuit, panne de chauffage, souvent c'est dans l'urgence qu'on appelle le serrurier, le plombier ou l'électricien qui abusent de l'état de faiblesse du client. Le dépannage à domicile est le premier motif de plainte enregistré par la répression des fraudes. Malgré une campagne de sensibilisation lancée l'année dernière, les abus continuent, selon l'association de consommateurs CLCV.

Pas de prix affichés

Depuis le 1er avril dernier, les entreprises sont dans l’obligation d’afficher leurs tarifs. L'association a mené l’enquête auprès de 130 entreprises, entre mai et juillet dernier. 95% d'entre elles n'affichent pas les prix à l’extérieur de leur société. Sur internet, les tarifs ne sont pas renseignés dans plus de la moitié des cas.

Pas de devis préalable

Il est aussi courant pour les dépanneurs de débuter des travaux, sans avoir présenté un devis préalable, or c’est obligatoire. Selon l’enquête, qui a recueilli plus de 200 témoignages, un client sur deux n’a pas eu de devis. L’association rappelle que c’est indispensable et réclame une amende administrative pour contraindre les sociétés. Une fois le devis en main, attention aussi aux frais superflus et veillez à ce que tout soit bien noté : main d’œuvre, déplacement, prestations…

Autre abus fréquent pointé par la CLCV, le dépanneur fait payer une énorme facture, en disant que l'assurance remboursera. Or, ça dépend des clauses, il y a toujours une franchise, et il faut que l'expert puisse estimer la valeur des biens remplacés. Mais une fois sur deux, le dépanneur repart avec sans rien demander. L’association rappelle qu’il faut conserver toutes les pièces.

Comment éviter les abus ?

Pour éviter de se faire arnaquer, il faut éviter à tout prix le choix au hasard dans l'annuaire, ou encore appeler le numéro sur le dépliant reçu dans la boite aux lettres. A proscrire aussi les professionnels qui arrivent en tête de liste sur internet, souvent ils ont payé pour. Faites plutôt marcher le bouche à oreille. Vous pouvez aussi appeler votre assureur qui pourra vous conseiller un artisan agréé. Le mieux c'est d'anticiper, faites une liste (serrurier, plombier, électricien) que vous pourrez utiliser en cas d'urgence. Et si vous êtes face à un dépanneur véreux, qui tenterait d'abuser de votre faiblesse, rappelez-lui que c'est passible de 3 ans de prison et 375 000 euros d'amende.