Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Départementales 2021 dans le Loiret : la gauche peut-elle l'emporter dans le canton d'Orléans 4 ?

Par

France Bleu Orléans vous propose pendant l'entre deux-tours, un focus sur les enjeux politiques aux élections départementales 2021 dans le Loiret. Dans le canton d'Orléans 4, le binôme de la majorité départementale est arrivé en tête, mais ses adversaires socialistes espèrent une victoire.

Le quartier de l'Argonne fait partie du canton Orléans 4 Le quartier de l'Argonne fait partie du canton Orléans 4
Le quartier de l'Argonne fait partie du canton Orléans 4 © Radio France - Anne Oger

Le canton d'Orléans 4, c'est un canton urbain, situé à l'est d'Orléans. Il a été redécoupé en 2015, et il couvre à la fois un quartier populaire, l'Argonne, et des quartiers du centre ville. L'Argonne, où l'abstention a été forte, 77% par exemple au gymnase du Nécotin, 75% à l'école Gutenberg. "On s'est pris cette abstention en pleine face" reconnait le socialiste Baptiste Chapuis, "on s'interroge sur la légitimité qu'auront les candidats élus dimanche prochain".

Publicité
Logo France Bleu

Avec Karine Harribey, sa binôme, ils totalisent 1.408 voix, sur 20.000 inscrits. Elle ne comprend pas, l'accueil était pourtant bon en campagne, en porte-à-porte, sur les marchés : "les gens, quand on les rencontre, nous posent des questions très concrètes, et l'intérêt est réel. Malheureusement, cela ne se traduit pas dans le vote".

La droite élue en 2015 arrivée en tête au second tour

Leurs adversaires, qualifiés pour le second tour dimanche, Olivier Geffroy et Florence Carré, pour la majorité départementale, on 300 voix de plus. Olivier Geffroy est le conseiller départemental sortant, élu en 2015 aux côtés d'Alexandrine Leclerc, qui ne se représente pas. Il a reçu l'investiture du parti Les républicains, malgré sa présence aux élections municipales, sur la liste de l'ancien maire Olivier Carré. "L'emporter en 2015, dans un canton de gauche taillé pour la gauche, c'était une performance" dit Olivier Geffroy. "Conserver ce canton dimanche en sera une autre, et de ce point de vue, être arrivés en tête au premier tour dans 12 bureaux de vote sur 20, c'est encourageant". 

Olivier Geffroy, lui aussi, s'interroge sur l'abstention. Certes le vote donnera au binôme élu sa légitimité, mais il faut une réponse, malgré tout. Il a prévu dans sa campagne du second tour, de parler de proximité, et de rendre des comptes plus souvent aux habitants, en créant un "conseil cantonal, qui n'a aucune existence légale mais qui permettra des réponses sur la façon dont on peut connecter les compétences du département avec les besoins des habitants". 

Mais avec une réserve de voix limitée

Mais s'il est en tête, le binôme Geffroy-Carré n'est pas dans une situation confortable, pour le second tour. Avec 29% des voix, il ne semble pas avoir beaucoup de réserves, d'autant qu'il n'a pas le soutien clair de son ancienne colistière aux municipales, dans l'équipe d'Olivier Carré : Stéphanie Anton, éliminée avec un score de 12% au premier tour. C'est même l'inverse puisque qu'avec son binôme Tej Hernoune, elle appelle à voter "pour les candidats qui n'ont pas parlé sécurité toute la campagne, alors que ça n'est pas de la compétence du conseil départemental". La critique est à peine voilée à l'encontre d'Olivier Geffroy, l'ancien adjoint à la tranquillité publique.

A gauche, en revanche, Baptiste Chapuis et Karine Harribey ont reçu dès dimanche soir le soutien du binôme écologiste Olivier Frézot - Laïla Safri, qui totalise 18% des voix, et par exemple 31% à l'école Charles Pensée, au cœur du quartier Bourgogne. Un score dont Baptiste Chapuis promet de tenir compte, dans sa campagne du second tour : "nous avons parlé de développement des pistes cyclables, d'une aide du département aux familles pour acheter un vélo, des thèmes présents dans notre programme mais que nous allons mettre en avant".  

Pour le moment les candidats France Insoumise n'ont pas émis de soutien clair, mais Baptiste Chapuis compte sur le vote des militants du parti de Jean-Luc Mélenchon, pour l'emporter. Dans la foulée d'une victoire espérée, à gauche, du socialiste François Bonneau allié aux écologistes et à la France Insoumise, aux régionales.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu