Faits divers – Justice

Déplacement de supporters à l'étranger : des règles très floues selon Maître Barthélémy, avocats des ultras

Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 19 octobre 2015 à 16:02

15 jours de prison pour les 4 supporters de l'ASSE
15 jours de prison pour les 4 supporters de l'ASSE © Maxppp - (Illustration)

Comment éviter l'arrestation de supporters français de football à l'étranger ? C'est la question qui se pose après la condamnation et libération des quatre supporters de l'ASSE qui ont passé 15 jours dans les prisons romaines.

France Bleu Saint-Étienne Loire a rencontré l'un des quatre supporters arrêtés à Rome avant le match Lazio-ASSE. Après deux semaines de prison et une condamnation à une peine de sursis, il revient sur le déplacement, l'arrestation, les conditions de détention très difficiles selon lui. De telles arrestations se reproduiront tant que le droit des supporters n'aura pas été clarifié. C'est en tout cas l'avis de Pierre Barthélémy, avocat, spécialistes de la défense des supporters ultras.

Pierre Barthélémy :  "Ces évènements montrent deux choses, d’une part que les supporters ne sont pas forcément au courant de l’ensemble règles qui gouvernent un déplacement notamment à l’étranger. Et d’autre part que les forces de l’ordre ont une manifestement une marge d’appréciation assez libre par rapport à ses règles.

La conclusion c’est évidemment qu’il faudrait clarifier avec plus de pédagogie, quitte à développer des moyens de communications, ce droit des supporters ( ce qu’ils ont droit de transporter, comment ils doivent se déplacer ). À chaque fois on constate que les règles divergent. Même en France, même d’une ville à l’autre, ce n’est pas du tout la même façon d’accueillir les supporters. D’autre part, il faut uniformiser les pratiques de réception des supporter parce que nul n’est censé ignoré la loi, mais encore faut-il qu’on communique à son sujet et qu’elle soit appliquée de la même manière partout.

Ce qui est certain c’est qu’il y a des dérives, des abus. Ces événements graves - parce que si c’est vraiment ce qui s’est passé pour ces supporters, c’est vraiment très, très lourd- si jamais ça peut permettre de mener une réflexion, et bien ce sera un mal pour un bien."